Accueil Ce qui a été dit sur le Maître Articles au sujet du Maître Cheikh Al 'Alawî, dernier grand représentant Shadhili
Cheikh Al 'Alawî, dernier grand représentant Shadhili
Ce qui a été dit sur le Maître - Articles au sujet du Maître
Écrit par Djaffar Mohamed-Sahnoun   
Dimanche, 19 Avril 2009 05:05

Le dernier grand représentant de ces tiers ordres maghrébins inaugurés par Al Shadhili est à notre avis le cheikh Ahmad Al 'Alawî Abu Al 'Abbas Ibn Mustafa Ibn 'Alioua, un soufi authentique, né en 1871 à Mostaganem. Il s’initie à la mystique d’abord chez les ‘Isawas avant de connaître le cheikh soufi Muhammad Ibn Habib Al Bouzidi, connu sous le nom de Sidi Hammou Cheikh (m. en 1919), qui le prend comme disciple et l'oriente vers la doctrine Darqawiya- Shadhiliya. Après la mort de son maître, Al ‘Alawî établit dans sa ville natale sa propre Zawiya où il prodigue un enseignement qui lui attire de nombreux disciples et où viennent le consulter d'éminents docteurs issus des universités tunisienne et marocaine de la Zitouna et d'Al Qarawiyine. Ces savants après un séjour auprès d'Al ‘Alawî, iront fonder à travers le monde des Zawiya où se diffusera l'enseignement du saint de Mostaganem.


Al ‘Alawî, qui possédait une connaissance approfondie du Qoran et de l’exégèse mystique, maîtrisait aussi parfaitement les Livres des autres religions révélées : Bible et Évangiles. Donnant la prééminence à l’esprit sur la lettre, et privilégiant la spiritualité à l'aridité d'un rituel mécanique il mettait en avant la précellence du 'Aql qu’il considérait comme « cette lumière de l'intelligence humaine » accordée par Dieu a l'homme et qui permet à ce dernier de découvrir que la raison spéculative est en symbiose avec les données révélées et la Parole divine. Al 'Alawî qui consacra sa vie à revivifier l’Islam authentique dans ses aspects juridique et spirituel, comptera de nombreux amis parmi les personnalités chrétiennes de l'époque.


Le docteur Marcel Carret, l’un de ses amis les plus proches, disait dans ses Souvenirs qu’il était frappé par « sa ressemblance avec le visage sous lequel on a coutume de représenter le Christ ... Tel devait être le Christ recevant ses disciples lorsqu'il habitait chez Marthe et Marie » (nous soulignons).
Frithjof Schuon, qui se convertit à l’Islam dans la voie Shadhili et vouait au saint de Mostaganem une admiration sans bornes, disait que « ses yeux ne paraissaient voir sans s'arrêter à rien qu'une seule et même réalité, celle de l’infini. On l’entourait de la vénération que l'on devait à la fois au saint, au chef, au vieillard, au mourant, tel était l'homme, le cheikh AI ‘Alawî.»


Le cheikh Al 'Alawî est mot le 14 juillet 1934, laissant à ses disciples le souvenir d’un être tout de douceur et de bonté, un homme impressionnant par l'aura de sainteté qui se dégageait de sa personne.


Les poèmes de son Diwan sont chantés encore de nos jours non seulement dans les Zawiyas érigées en son nom, mais aussi dans les cercles profanes.

La perception mystique en islam : essai sur les origines et le développement du Soufisme, par Djaffar Mohamed-Sahnoun

 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.