Accueil Soufisme/Tasawwuf Explications Cheikh Ben Ridouane - Le soufisme (Fenn at-Tasaswwouf) - Le Soufi n’est pas infaillible
Cheikh Ben Ridouane - Le soufisme (Fenn at-Tasaswwouf) - Le Soufi n’est pas infaillible
Explications
Écrit par Cheikh Abdel-Hadî Ben-Ridouane   
Lundi, 22 Septembre 2014 01:30
Index de l'article
Cheikh Ben Ridouane - Le soufisme (Fenn at-Tasaswwouf)
Le Soufisme : définition et origine
La Loi (charî’a), la voie (tarîqa) et la réalité (haqîqa)
Le Soufisme selon Ibn Khaldoun
Position d’impéritie face aux Soufis modernes
Le Soufi n’est pas infaillible
La discipline Soufie selon ses adeptes
La continence ou pauvreté ascétique (El-Zuhd)
La certitude et ses trois catégories (al-Yaqîn)
La prière du Dikr
Le précepteur instruit, le Maître éducateur
L’aspirant [sincère] & la reconnaissance des bienfaits de Dieu
Les cinq présences de la divinité
Toutes les pages

Le Soufi n’est pas infaillible

On tolère chez les Faqîrs, dit Sidi Cheikh Ahmed Zerrouq dans sa Nasîha al-Kâfia, tout ce qui n’est pas formellement condamné par la théologie. Il faut reprendre en eux ce qui est répréhensible, quelle que soit la somme de confiance que l’on ait en leur foi.

En effet, Il n’est pas impossible que l’homme parvenu au degré de sainteté se rende coupable d’un ou de plusieurs oublis, d’une ou de plusieurs fautes. Si les saints sont préservés de pécher, cela ne veut pas dire qu’ils soient infaillibles. Dire de quelqu’un qu’il est garanti du péché, c’est admettre implicitement qu’il peut y tomber, mais non y persévérer.

El-Jouneïd interrogé si le spiritualiste commet l’adultère, répondit : Oui ! Le décret de Dieu doit avoir son accomplissement. On ne doit blâmer chez les Faqîrs que ce qui est réputé péché par une communion de docteurs [de la Loi].



 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.