Accueil Soufisme/Tasawwuf Explications Cheikh Ben Ridouane - Le soufisme (Fenn at-Tasaswwouf) - L’aspirant [sincère] & la reconnaissance des bienfaits de Dieu
Cheikh Ben Ridouane - Le soufisme (Fenn at-Tasaswwouf) - L’aspirant [sincère] & la reconnaissance des bienfaits de Dieu
Explications
Écrit par Cheikh Abdel-Hadî Ben-Ridouane   
Lundi, 22 Septembre 2014 01:30
Index de l'article
Cheikh Ben Ridouane - Le soufisme (Fenn at-Tasaswwouf)
Le Soufisme : définition et origine
La Loi (charî’a), la voie (tarîqa) et la réalité (haqîqa)
Le Soufisme selon Ibn Khaldoun
Position d’impéritie face aux Soufis modernes
Le Soufi n’est pas infaillible
La discipline Soufie selon ses adeptes
La continence ou pauvreté ascétique (El-Zuhd)
La certitude et ses trois catégories (al-Yaqîn)
La prière du Dikr
Le précepteur instruit, le Maître éducateur
L’aspirant [sincère] & la reconnaissance des bienfaits de Dieu
Les cinq présences de la divinité
Toutes les pages

L’aspirant [sincère] & la reconnaissance des bienfaits de Dieu

Chez les Soufis, le mourîd ou aspirant est celui qui s’est dépouillé de sa volonté, qui triomphe des liens de l’habitude. C’est encore celui dont le cœur est sans cesse occupé de rechercher le Seigneur. L’aspirant, sorti de la sphère d’activité ou d’aspiration aux faveurs divines, par suite de son arrivée à l’état plus parfait d’objet aimé de Dieu, se plonge dans l’extase, perd la volition, et, sans douleur et sans souffrance, franchit toutes les limites de sa propre nature. Le nom d’aspirant mourîd est donc le premier titre de la vie mystique ; celui chéri de Dieu mourâd en est le dernier.  Pendant tout le temps de probation, l’aspirant se préoccupe exclusivement du régime de la morale ; le chéri de Dieu est tout entier absorbé par la contemplation de la Vérité. L’aspirant marche, le chéri vole. Le marcheur n’atteindra celui qui vole que si Dieu le permet.

Le Soufi doit, par humilité, se montrer reconnaissant des bienfaits de Dieu. Cette reconnaissance est verbale, mentale ou procède des organes. Dans ce dernier cas, elle se comporte suivant les fonctions de chaque partie vitale de l’être. Ainsi, la reconnaissance des yeux c’est les fermer sur ce que Dieu a défendu ; la reconnaissance des oreilles, c’est être sourd aux vices du prochain et à ce qu’il n’est pas permis d’entendre; la reconnaissance des mains, c’est les tenir éloignées du bien d’autrui et des actes de désobéissance à Dieu ; la reconnaissance des pieds, c’est les empêcher de marcher dans la voie de l’insoumission.

Par analogie, et avec la pensée que Dieu est le Bienfaiteur, on peut dire que ces trois sortes de reconnaissances sont renfermées dans celle du cœur.

La reconnaissance de la langue se fait en louant Dieu, en s’entretenant de ses bienfaits. Dieu a dit : « Parle des bienfaits de ton Seigneur. » (Coran, al-Dhohâ - 11).

La louange est le commencement de la reconnaissance, de même que la pureté est le commencement de la foi.

La reconnaissance active se traduit par les devoirs et hommages extérieurs rendus à Dieu. « Famille de David, faites acte de reconnaissance. » (Coran, Saba - 13). Cette reconnaissance est celle que pratique le commun des fidèles, pour demander à Dieu de bénir les aliments, la boisson et tous autres actes de la vie matérielle. Quant à la reconnaissance des privilégiés, c’est celle que ressent un cœur embrasé de pensées divines.

La reconnaissance des favorisés parmi les protégés existe, quand le cœur est purifié de tout objet autre que Dieu, et qu’il voit les lumières de l’Un, du Dompteur.

Quand on est convaincu que le secours divin est une des plus grandes faveurs qui puissent nous être faites pour ressentir la reconnaissance, et qu’on est pénétré de gratitude à l’égard de Dieu pour l’aide qu’il nous accorde en ce sens, on fait preuve de reconnaissance sur reconnaissance. Cette reconnaissance, double en quelque sorte, est plus parfaite que la reconnaissance simple : Mon Dieu ! s’écria David, comment manifesterai-je ma reconnaissance, alors que je ne puis en éprouver sans ton aide ! — C’est maintenant que tu es reconnaissant, lui révéla Dieu.



 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.