Accueil Soufisme/Tasawwuf Explications L'Encyclopédie du Soufisme (tassawwuf) - Ibn `Arabi et Ibn `Abd al-Salam.. 67
L'Encyclopédie du Soufisme (tassawwuf) - Ibn `Arabi et Ibn `Abd al-Salam.. 67
Soufisme/Tasawwuf - Explications
Écrit par Derwish al-Alawi   
Index de l'article
L'Encyclopédie du Soufisme (tassawwuf)
I Introduction
DEFINITION, TERMINILOGIE ET ASPECTS HISTORIQUES.
Le Tassawwouf Parmi Les Salaf.
TARIQA
La Mauvaise Compréhension Des Temps Modernes
La Nécessité Du Développement Des Sciences Islamiques Après Le Temps Du Prophète (saw)
Les Racines Linguistiques Du Mot Tassawwouf 11
Le Prophète (saw) Mentionne La Condition Du Cœur: La Suprématie Du Cœur Sur Tous Les Autres Organes 12
II - «Y-A-T’Il DES PREUVES ET DES EVIDENCES DANS LE CORAN AU SUJET DU TASSAWWOUF? CITEZ-LES DE MANIERES EXPLICITES.». 14
Allah Décrit Tazkiyat Al-Nafs Comme Un Devoir Du Prophète. 14
D’autres Versets Et Commentaires Sur Tazkiyat Al-Nafs. 14
Allah Ordonne Aux Croyants De Chercher Un Moyen De S’approcher DE Lui Et D’Accompagner Les Sadiqin. 15
Allah Décrit Quelqu’un Qui a Directement Appris De Lui: Al-Khidr 16
La Supériorité De L’Amour Dans L’Adoration. 17
Des Versets Au Sujet Du Caractère Parfait, Ihsan. 19
III - QUELLES SONT LES PREUVES SUR LE TASSAWWOUF A PARTIR DES HADITHS? 21
Oumm al-Ahadith, Le Hadith De Jibril 21
La Troisième Composante De La Religion De L’Islam: 22
LE COMMENTAIRE DE L’IMAM NAWAWI SUR LE HADITH DE JIBRIL. 23
L’école D’Ihsan Et De Tazkiya. 26
La Relation Entre Chari`a Et Haqiqa. 26
Le Grand Jihad: Le Jihad Contre L’Ego. 28
Hadiths Sur Le Jihad Contre L’Ego. 28
Jihad et Soufis Moujahiddin. 29
IV - DIRES ET ECRITS DES IMAMS ET SAVANTS AU SUJET DU TASSAWOUF 31
Al-Hassan al-Basri (d. 110) 31
Imam Abou Hanifa (d.150) 32
Soufyan al-Thawri (d.161) 32
Imam Malik (94-179 H/ 716-795) 32
Imam Chafi`i (d.204) 33
Imam Ahmad bin Hanbal (d.241) 33
L’Imam al-Harith al-Mouhassibi (d.243) 33
La Piété De L’Imam Ahmad Devant Al-Mouhassibi 36
Les Maîtres Soufis De Hadiths De Dhahabi 38
Al-Qassim ibn `Outhman al-Joui`i (d.248) 42
L’Imam al-Jounayd al-Baghdadi (d.297) 42
Al-Hakim al-Tirmidhi (d.320) 43
L’Imam Abou Mansour `Abd al-Qahir al-Baghdadi (d.429) 45
L’Imam Abou al-Qasim al-Qouchayri (d.465) 46
Cheikh Abou Ismai`il `Abd Allah al-Harawi al-Ansari (d.481) 48
Imam Ghazali (d.505) 48
Ceux Qui Attaquent L’Imam Ghazali 50
La Validité de Hadiths Faibles. 51
Abou al-Wafa' Ibn `Aqil al-Hanbali (d.513) 53
Cheikh `Abd al-Qadir al-Gilani (d.561) 53
Ibn al-Jawzi (d.597) 55
Imam Fakr al-Din Razi (d.606) 57
Abou al-Hassan al-Chadhili (d.656) 57
Soultan al-`Oulama' al-`Izz ibn `Abd al-Salam al-Soulami (d.660) 57
Al-`Izz sur la Supériorité du Rang des awliya' Sur Celui des `oulama. 58
Imam Nawawi (d.676) 59
Al-`Izz b. `Abd al-Salam b. Ahmad b. `Anim al-Maqdissi (d.678) 60
Ibn Taymiyya (d.728) 60
Ibn Taymiyya au sujet de fana' et chatahat 64
Le Débat Entre Ibn Ata Allah al-Iskandari et Ibn Taymiyya. 66
Ibn `Arabi et Ibn `Abd al-Salam.. 67
Taj al-Din al-Soubki (d.771) 70
Imam Abou Ishaq al-Chatibi al-Maliki (d.790) 70
Ibn Khaldoun (d.808) 70
Imam al-Sakhawi (d.902) 71
Jalalal-Din al-Souyouti (d.911) 72
Zakariyya ibn Mouhammad Ansari (d.926) 72
Ibn hajar al-Haytami (d.974) 72
Abd al-Wahhab al-Cha`rani al-Hanafi (d.973) 75
Moulla `Ali al-Qari (d.1014) 76
Ibn `Abidin al-Hanafi (d.1252) 77
Abou al-`Ala' al-Mawdoudi (d.1399) 77
V Conclusion.. 78
GLOSSAIRE
NOTE :
Toutes les pages

 

Ibn `Arabi et Ibn `Abd al-Salam

En ce qui concerne les Soufis, le sens pour eux est comme un esprit, et les mots en eux-même sont comme son corps. Tu dois pénétrer profondément ce qui est derrière le corps verbal en vue de saisir la profonde réalité de l’esprit du mot.

Maintenant, tu as trouvé une base à ton jugement contre Ibn `Arabi dans le Foussoul al-hikam, dont le texte a été altéré par ses opposants avec non seulement ce qu’il n’a pas dit, mais avec des déclarations qu’il ne pouvait pas avoir l’intention de dire (vu le caractère de son Islam). Lorsque Cheick al-Islam al-`Izz ibn `Abd al-Salam comprit ce qu’Ibn `Arabi a réellement dit et analysé, et qu’il saisit et comprit le sens réel de ses paroles symboliques, il demanda le pardon d’Allah pour ses anciennes opinions au sujet du Cheick et reconnu que Ibn `Arabi était un Imam de l’Islam.

Quant à la déclaration d’al-Chadhili contre Ibn Arabi, tu dois savoir qu’Abou al-Hassan al-Chadhili n’est pas la personne qui l’a faite mais l’un ses élèves des Chadhiliyya. Encore, en faisant cette déclaration, cet élève parlait au sujet de certains des disciples de Chadhili. Ainsi, ses mots ont été interprétés d’une manière qu’il n’a pas projetée.

Que penses-tu au sujet du Commandeur des Croyants, Sayyidina `Ali ibn Abi Talib, qu’Allah soit satisfait de lui?

Ibn Taymiyya: «Dans le hadith ,le Prophète, sur lui la paix, dit: Je suis la cité de la connaissance et `Ali est sa porte.»[217] Sayyidina `Ali est le moujahid qui n’est jamais aller à la bataille sans revenir victorieux. Quel juriste ou savant après lui a combattu pour la cause d’Allah à la fois avec la parole, la plume et le sabre? Il était un Compagnon très talentueux du Prophète – qu’Allah honore sa contenance. Ses sabres sont une lampe radiante qui m’ont illuminé au cours de ma vie après le Coran et la Sunna. Ah! Quelqu’un qui est toujours à court de provision et long dans son voyage.

Ibn `Ata' Allah: «Maintenant, l’Imam `Ali a-t’il demandé à quelqu’un de prendre parti avec lui dans une faction? Car cette faction prétend que l’Ange Gabriel a commis une erreur en délivrant la révélation à Mouhammad – sur lui la paix – au lieu d’Ali! Ou a-t’il demandé de déclarer qu’Allah s’est incarné dans son corps et que l’Imam est devenu divin? Ou ne les a-t’il pas combattu et massacré et donné une fatwa (une décision légale) qu”ils doivent être exécuter où qu’ils soient trouvés?

Ibn Taymiyya: «Sur la base de cette fatwa, je sortis pour les combattre dans les montagnes de Syrie pendant plus de douze années.»

Ibn `Ata' Allah: «Et l’Imam Ahmad – qu’Allah soit satisfait de lui – critiqua les actions de certains de ses disciples qui avaient l’habitude d’aller en patrouille, brisant les tonneaux ouverts de vin (dans les magasins de leurs marchands Chrétiens), déversant leur contenu par terre, bastonnant les chanteuses et confrontant les gens dans la rue. Tout cela, ils le firent au nom de prêcher le bien et interdire le mal. Cependant, l’Imam ne donna aucune fatwa les motivant à censurer ou réprimander tous ces gens. En conséquence, ces disciples (responsables de ces actions) furent fouettés, jetés en prison, assis à dos d’ânes à l’opposé c’est-à-dire faisant face à l’arrière de l’âne et défilant.

Dans ce cas, l’Imam Ahmad est-il lui-même responsable du mauvais comportement que les pires et les plus vicieux Hanbali continuent de perpétuer jusqu’à nos jours, au nom de vouloir ordonner le bien et interdire le mal?

Tout ceci est pour dire que Cheick Mouhyiddin Ibn `Arabi est innocent vis-à-vis de ce que certains de ses disciples font, qui absoudent les gens de leurs obligations légales et morales établies par la religion et de commettre les actions qui sont interdites. Ne voyez-vous pas cela?»

Ibn Taymiyya: «Mais ont-ils du respect pour Allah? Parmi vous les Soufis sont ceux qui avancent que lorsque le Prophète – sur lui la paix et la bénédiction – donna la bonne nouvelle aux pauvres et dit qu’ils entreraient au paradis avant le riche, les pauvres tombèrent en extase et commencèrent à déchirer en pièces leurs vêtements; c’est à ce moment que l’Ange Gabriel descendit du ciel et dit au Prophète qu’Allah avait cherché sa portion légitime de ces vêtements; et que l’Ange Gabriel en transporta un et l’accrocha au trône d’Allah. C’est pour cette raison qu’ils disent que les Soufis portent des vêtements rapiécés et s’appellent fouqara´ ou pauvres»!

Ibn `Ata' Allah: «Tous les Soufis ne portent pas des vestes et des habits rapiécés. Me voici devant toi: Qu’est-ce que tu n’approuves pas dans mon apparence?»

Ibn Taymiyya: «Tu fais parti des gens de la Chari`a et enseigne à al-Azhar.»

Ibn `Ata' Allah: «al-Ghazali fut à la fois un Imam dans la Chari`a et dans le tassawwouf. Il traita les jugements légaux, la Sunna, et la Chari`a avec l’esprit des Soufis. Et, en appliquant cette méthode, il fut capable de revivifier les sciences religieuses. Nous savons que le tassawwouf reconnaît que ce qui est souillé ne fait pas parti de la religion et que la propreté a le caractère de la foi. Le vrai et sincère Soufi doit cultiver dans son cœur la foi reconnue par Ahl al-Sunna.

Deux siècles auparavant le phénomène de pseudo-Soufis apparu que toi-même tu critiquas et rejetas. Il y avait des personnes qui cherchaient à diminuer la performance de la prière et des obligations religieuses, racourcir le jeûne et désobliger les cinq prières quotidiennes. Ils couraient sauvagement dans les vastes arènes de la paresse et de l’insouciance, affirmant qu’ils avaient été libérés des chaînes de l’esclavage de l’adoration divine. Non satisfait de leurs propres actions ignobles jusqu’à ce qu’ils ont revendiqué des intimations des plus extravagantes réalités et états mystiques comme l’Imam al-Qouchayri lui-même décriva dans sonRissala,bien connu, qu’il dirigea contre eux. Il établit aussi en détail ce qui constitua la vraie voie vers Allah, qui consiste à tenir fermement au Coran et à la Sunna.

Les Imams de tassawwouf désirent arriver à la vraie réalité non seulement par les moyens d’évidences rationnelles exercées par l’esprit humain qui sont capables d’être fausses aussi bien que vraies, mais aussi aux moyens de la purification du cœur et purgatoire de l’égo à travers un cours d’exercices spirituels. Ils mettent de côté tout ce qui concerne la vie de ce monde autant que possible car le vrai serviteur d’Allah ne doit s’affairer avec rien d’autre que l’amour d’Allah et de Son Prophète. Ceci est un très haut niveau et c’est ce qui rend un serviteur pieux, sain et prospère. C’est une occupation qui réforme les choses qui corrompent la créature humaine, tel l’amour pour l’argent et l’ambition pour le rang personnel dans la société. Cependant, c’est un niveau qui n’ st constitué de rien d’autre que la guerre spirituelle pour l’amour d’Allah.

Mon frère érudit, interprèter les textes selon leur sens littéraire peut souvent conduire à l’erreur. Le littéralisme est ce qui a causé ton jugement au sujet d’Ibn `Arabi qui est l’un des Imams de notre Foi reconnu pour sa scrupuleuse piété. Tu as compris ce qu’il a écrit d’une façon superficielle; alors que les Soufis sont des maîtres en figures littéraires qui laissent entendre des sens profonds, un language hyperbolique qui indique une haute conscience spirituelle et des mots qui véhiculent des secrets concernant le domaine de l’invisible.»

Ibn Taymiyya: «Ce raisonnement est contre toi, non en ta faveur. Car lorsque l’Imam al-Qouchayri vit ses disciples dévier de la voie d’Allah il entreprit de les corriger. Qu’est-ce que font les Checks Soufis de nos jours? Je demande seulement que les Soufis suivent la voie de la Sunna de ces grands et pieux ancêtres de notre foi (salaf): les ascétiques (zouhhad) parmi les Compagnons, la génération qui les succédère, et la génération qui suivire le mieux leurs pas!

Quiconque agit de cette manière, je l’estime hautement et le considère comme un Imam de la religion. En ce qui concerne l’innovation égarante et l’insertion des idées des idolâtres dont les philosophes Grecs et les Boudhistes Indiens, ou l’idée que l’homme peut incarné Allah (houloul) ou atteindre l’unité avec Lui (ittihad), ou la théorie que tout existe en être (wahdat al-woujoud) et ces autres choses que ton Cheick prêche aux gens: ceci est clairement de la déité et de la mécréance.»

Ibn `Ata' Allah: «Ibn `Arabi fut l’un des grands juristes qui suivit l’école de Dawoud al-Zahiri après Ibn Hazm al-Andalousi, qui est proche de ta méthodologie en loi Islamique, O Hanbalis! Mais quoiqu’Ibn `Arabi fut un Zahiri (c’est-à-dire un littéraliste en matière de loi Islamique), la méthode qu’il appliquait pour comprendre l’ultime réalité (al-haqiqa) était de faire sortir le sens spirituel caché (tariq al-batin); qui est de purifier le moi interne (tathir al-batin).[218] Cependant tous les disciples à la recherche de ce qui est caché ne sont pas les mêmes.

Pour de ne pas être dans l’erreur, recommence ta lecture d’Ibn `Arabi avec une compréhension fraîche de ses symboles et de ses inspirations. Tu le verras semblable à al-Qouchayri. Il a pris sa voie dans le tassawwouf sous la guidance du Coran et la Sunna juste comme la ¨ Preuve de l’Islam¨le Cheick al-Ghazali, qui entreprit des débats au sujet de la différence doctrinale en matière de crédo et des issues d’adoration mais les considéra d’occupation manquant de valeur réelle et de bénéfice. Il invita les gens à observer que l’amour d’Allah est la voie du vrai serviteur d’Allah, en respect à la foi.

As-tu une objection à cela O faqih? Ou aimes-tu les disputes des juristes Islamiques? L’Imam Malik, qu’Allah soit satisfait de lui, fut très prudent au sujet de tels débats en matière de crédo et avait l’habitude de dire: «Chaque fois qu’une personne entre en discussion au sujet du crédo, sa foi diminue.» Similairement al-Ghazali dit:

Les moyens les plus rapides pour se rapprocher d’Allah est par le cœur et non par le corps. Par le cœur, je ne veux pas dire cette chose en chair palpable à la vue, à l’écoute et au toucher. Au contraire, je veux dire le plus profond secret d’Allah Lui-même le plus Exalté et Grand qui est imperceptible à la vue et au toucher.

En vérité, les Ahl al-Sunna sont certainement ceux qui ont nommé le Soufi Cheick al-Ghazali: «la Preuve de l’Islam,»[219] et il n’y a personne pour réfuter ses opinions même si les savants ont été excessifs dans l’éloge de son livre lorsqu’il dit: «Le Ihya' `oulum al-din était presque le Coran.»[220]

L’exécution d’une obligation religieuse (taklif) au vue d’Ibn `Arabi et Ibn al-Farid est une adoration dont le mihrab, ou la niche de prière indique l’orientation de prière, est son aspect intérieur et non seulement son rite externe. Car, quelle est l’importance de te lever et de t’assoeir en prière si ton cœur est préoccupé avec quelque chose autre qu’Allah. Allah fait l’éloge des gens dans le Coran lorsqu’il dit: «Ceux qui sont humbles dans leur prière» (23:2). Et Il blâme les gens lorsqu’Il dit: «Ceux qui sont insouciants dans leur prière» (107:5). C’est ce que Ibn `Arabi veut dire quand il dit: «L’adoration est la niche de prière (mihrab) du cœur, ce qui est, l’aspect interne de la prière et l’externe.»

Le Musulman est incapable d’arriver à la connaissance de la certitude (`ilm al-yaqin) ni à la certitude elle-même (`ayn al-yaqin) dont le Coran parle à moins qu’il évacue de son cœur tout ce qui le distrait de l’envie mondaine et se consacre à la contemplation interne. Alors, la manisfestation de la réalité Divine remplira son cœur, et delà produira sa subsistance.

Le réel Soufi n’est pas celui qui dérive ses subsistances de la mendicité et des demandes d’aumônes aux gens. Le seul qui est sincère est celui qui élève son cœur et son esprit à l’auto-effacement en Allah en Lui obéissant. Peut-être qu’Ibn `Arabi a amené les juristes à se révolter contre lui à cause de son mépris pour leurs préoccupations avec les arguments et les disputes au sujet d’affaires de croyance, des cas légaux d’actualité, et des situations hypothétiques, dans la mesure où il voyait comment cela les distrayait de la purifacation du cœur. Il les nomma "les juristes des menstruations des femmes." Qu’Allah te secoure à ne pas être parmi eux! As-tu lu la déclaration d’Ibn `Arabi: "Quiconque établit sa foi exclusivement sur des preuves démonstratives et des arguments déductifs, construit une foi sur laquelle il est impossible de se baser. Car il est affecté par la négativité des objections constantes. La certitude (al-yaqin) ne dérive pas des évidences de l’esprit mais jaillit des profondeurs du cœur." As-tu jamais lu une déclaration aussi pure et agréable de ce genre?»

Ibn Taymiyya: «Tu as bien parlé; si seulement ton maître était comme tu le dis, alors il aurait été aussi loin que possible de l’incroyance. Mais, à mon avis, ce qu’il a dit ne peut pas corroborer le sens que tu y as donné.»[221]

 

 

 




 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.