Accueil Récits louant le Prophète (§) Le collier aux joyaux ou la noble naissance du Prophète Muhammad
Le collier aux joyaux ou la noble naissance du Prophète Muhammad
Muhammad - Récits louangeant le Prophète
Écrit par Derwish al-Alawi   

Le collier aux joyaux relatant la naissance du Prophète flamboyant (que la proximité et la paix de Dieu lui soient allouées), ou plus communément connu par le Mawlid du Cheikh al-Barzanjî. Grâce à cette ouvrage, la célébration du Mawlid est un classique de la culture musulmane sunnite, elle relate la naissance et la grandeur du Prophète Muhammad, (que la proximité et la paix de Dieu lui soient allouées). la traduction est faite le pauvre serviteur Derwish al-Alawî et offerte (pour la Face de Dieu) à la Zawiyya al-Qâcimiyya de Paris et à tous les soufis francophones.


Titre original : "Le collier aux joyaux relatant la naissance du Prophète flamboyant".

 

Présentation de l'auteur de ce recueil :

Jaâfar fils d'Hassan fils d'Abdul-Karim fils de Muhammad fils de Rassûl al-Barzanjî al-Husseini (descendant de l'imam Hussein). Il est né en 1714 à Médine, il apprit le Saint Coran et les techniques de sa lecture. Il fut éleve d'un bon nombre de savants. Il s'est ensuite rendu à la Mecque et demeura en son sein cinq ans, au cours de lesquelles, il fréquenta ses érudits. Il fut nommé Mufti de l'école Shaféite à Médine jusqu'à sa mort. Il décéda le mardi du mois de juin 1763. Le poste de Mufti des Shaféites était assuré exclusivement par la famille Barzanjî à partir de son grand-père Muhammad fils de Rassûl al-Barzanjî en 1691, jusqu'au dernier d'entre eux Muhammad fils d'Ahmad Zaki al-Barzanji décédé en 1945.

 

Au Nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux

Puisse Allah Allouer d’avantage de Sa proximité à notre Prophète Muhammad et sa descendance et leur accorde la paix

Je commence ce récit par le Nom de l’Essence divine, recueillant l'effluve des bénédictions de ce qu’Il a favorisé et rapproché, et louange à Lui pour Ses délectables et réjouissantes ressources. Je Lui rends grâce par de gracieux remerciements, et je Le prie pour que Sa proximité et sa paix soient allouées à la Lumière, caractérisée par la précédence et la primarité, qui se déplace sur les fronts des généreux. Je sollicite l’agrément particulier d’Allah à la descendance purifiée du Prophète, et englobe les compagnons et la génération d'après qui les ont suivi et tous les adeptes, et je réitère en Lui demandant de nous guider vers les voies les plus claires et évidentes, et qu’Il nous protège de l’égarement dans les schémas de l’erreur et des pas qui y mènent. Et je diffuse ici l'histoire de la noble naissance du Prophète par de belles et ingénieuses étoffes, composant de la noble lignée un collier qui enjolive les auditions, et j’invoque la puissance de Dieu et Sa force, car il n’y a aucune puissance ni force sauf par Dieu.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Je dis qu’il est notre seigneur Muhammad fils d’Abdullah fils d’Abdul-Muttalib, de son vrai non Shaybah, loué pour ses éminentes qualités, fils de Hashim, de son vrai nom Amr fils d’Abd-Manaf, de son vrai nom al-Mughira à l’ascendance distinguée, fils de Qusay de son vrai nom Mujamma’, il fut surnommé par Qusay à cause de son aventure dans les terres lointaines de Qudhâ’a, jusqu’à ce que Dieu le ramène à la maison sacrée et vénérée où il devint le protecteur des lieux, fils de Hakim fils de Murrah fils de Ka'b fils de Luay fils de Ghâlib fils de Fihr, de son vrai nom Quraysh dont descendent les familles Qurayshites, avant lui les familles étaient connues par les Kinani selon le consensus de la plupart des experts, fils de Malik fils de Nadhir fils de Kenana fils de Khouzayma fils de Mudrika fils de Elias qui fut le premier qui offrit l’écharpe à la maison sacrée, et on entendit de ses lombes le Prophète (SAAWS) mentionnant Dieu en répondant à Son appel, fils de Modhar fils de Nizar fils de Ma’ad fils d’Adnan. Ceci est le filament que les doigts de la tradition prophétique a ficelé, et elle remonte jusqu’à al-Khalîl (l’amoureux de Dieu) Ibrâhîm, paix sur lui, que Le Législateur (Dieu) le saisit et le choisit d’être le patriarche.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Adnan est, sans nul doute, selon les experts en généalogie, descendant de son aïeul le sacrifié Ismail. Ceci est la lignée qui remonte jusqu’à lui. Quel magnifique collier qui se compose d’astres en forme de perles, comment ne l’est-il pas, alors que le Noble Seigneur (SAAWS) est son centre favori.

Par l’ornement de cette lignée,
L’éminence est fixée, qu’ont investit des étoiles jumelles
Quelle admiration pour tel collier,
Fier et prédominant, dont tu es l’illustre et orpheline étoile.


Quel noble lignée qu’est la sienne, il fut purifié par Dieu des débauches de l’âge de l’ignorance. Parmi les inspirations d’al-Zayn al-Iraqi, il dit :

Dieu a préservé, par dignité à Muhammad, ses aïeux,
Afin de mieux préserver son nom.
Ils ont délaissé les débauches,
Ainsi ils ne furent pas atteints de leurs affronts, a partir d'Adam jusqu’à ses parents.


En sacrement, la lumière de la prophétie se transmettait par linéament et se voyait sur leurs fronts magnifiques, et l’apogée de sa clarté apparut sur le front de son grand-père Abdul-Muttalib et son fils Abdullah.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsque Dieu voulut mettre en évidence la réalité Muhammadiyah, et montrer le corps et l'esprit par son image et sa signification, Il le transporta à son lieu à la conque d’Amina « la flamboyante », et Dieu l’Adjacent, l’Exauceur la privilégia d'être la mère de son Élu. Un appel se répandit dans les cieux et la terre qu'il est porteur des Lumières divines, et chaque ruissellement se répandit par le souffle de la brise de son enfance. La terre se couvrit de végétaux comme si elle était parée de costumes satinés, après une longue sécheresse, et les arbres fruitiers garnis de fruits disposèrent leurs branches aux cueilleurs, et chaque animal des Qurayshites annonça sa proche naissance en parfaite langue arabe. Les idoles et les trônes du polythéisme s'effondrèrent sur leurs visages et leurs gosiers. Les animaux sauvages de l'Est et de l'Ouest, et même marins se félicitèrent de la bonne nouvelle. Les mondes des créatures s'étourdirent de joie par la coupe de l’enthousiasme. Les djinns avisèrent l'arrivée de son temps annonçant la fin des devins et les clergés furent alarmés. Chaque encre experte se passionna de son événement et se perdit dans les merveilles de sa beauté. Sa mère vit dans un rêve un messager lui dire : tu porte dans ton ventre le seigneur des mondes, la meilleure des créatures, au moment de l'accouchement donne lui le nom de Muhammad, car ses conséquences seront louables.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Après de deux mois de grossesse, selon ce qui a été, le plus souvent, rapporté, son père Abdullah mourut à Médine. Il était de passage chez ses oncles maternels (du prophète) les Béni Uday de la communauté des Béni Nijjar, et demeura chez eux pendant un mois, souffrant d'une fatale maladie.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Après neuf mois (lunaire) de grossesse (SAAWS), le temps arriva pour son écho de retentir. A la nuit de sa naissance, sa mère fut assistée par Assia et Marie et d'autres femmes de l'univers céleste. A l'accouchement, elle l'enfanta (SAAWS) rayonnant de lumière.

Lève-toi ! Toi qui espère obtenir son intercession

Lève-toi par amour, sincère dans les paroles et la politesse

Même si l'encre était en or et la tablette en argent et le trait par le meilleur calligraphe

Cela serait très peu pour louanger le Prophète

Que les nobles personnes se lèvent à l'évocation de son nom !

Qu'ils se mettent debout en rang ou à genoux !

Pour le vénérer, Dieu écrivit son nom sur Son trône

Quel magnifique grade qui surpassa tous les grades !

Sa naissance révéla la générosité de sa substance

Une générosité qui l'accompagna du début jusqu'à la fin

De bonnes nouvelles pour nous, la communauté de l'Islam

Par les soins (de Dieu), nous disposons d'un Pilier qui ne s'effondre pas

Les anges s'échangèrent les compliments à la bonne nouvelle de son apparition

Et son parfum se diffusa dans toutes les contrées, à l'Est comme à l'Ouest

La langue de l'univers tout entier prononça ces mots :

Sois le bienvenu, bien-Aimé !

Bienvenu, bienvenu au bien-Aimé, l'Élu !

Bienvenu, bienvenu au bien-Aimé, le Suivi !

Bienvenu, bienvenu à la lumière de nos yeux !

Bienvenu, bienvenu au grand-père d'Hassan et Hussein !

Bienvenu, bienvenu au salut des inquiets !

Garantie-nous le salut (3 fois) ô Messager de Dieu !

Garantie-nous le salut (3 fois) ô bien-Aimé de Dieu !

Quand il était né (SAAWS), il posa ses mains sur le sol et leva sa tête vers le ciel, en allusion à sa prédominance et son éminence et à sa grande valeur par rapport à tous les humains et qu'il est le bien-Aimé au caractère et aux qualités exemplaires. Que Dieu gratifie celui qui a dit :

Animé comme le soleil qui brille
Apparut en une nuit désormais révérée
La nuit de ta naissance, rendit la joie
Et le sentiment de noblesse à la Religion (de Dieu)
Cette journée a vêtu de gloire la fille de Wahb (Amina) en le mettant au monde
Cette gloire, que les autres femmes n'ont pu obtenir
Elle apporta à son peuple
Mieux que ce qu'a apporté la Vierge Marie
Une nuit ardue et grave et une infection
Pour l'apostasie à l'influence dominante
Et la bonne nouvelle se relayât
Que l'Élu est né et qu'on a droit au bonheur


O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Sa mère envoya à son grand-père Abdul-Muttalib alors qu'il gravitait autour de la Kaâba (Tawaf), il pressa le pas et le contempla et fut saisit d'un immense bonheur. Il l'emmena avec lui dans le sein de la Kaâba et pria avec une sincérité absolue. Il remercia Dieu pour Sa faveur et ce qu'Il lui a donné. Il est né (SAAWS) propre et circoncis, le cordon ombilical coupé de son nombril par la puissance divine. Il est né parfumé, huilé, les yeux noirci, par les soins divins, par le khôl.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Au moment de sa naissance, des prodiges et phénomènes paranormaux firent leurs apparitions, annonçant, par là, sa prophétie et informant qu'il est le Choisi par Allah et Son préféré. La surveillance des cieux fut renforcée et les réfractaires et les diables furent chassés et lorsqu'ils essayèrent de re-gravir le ciel, ils furent repoussés par des jets enflammés. Les constellations planétaires furent attraites et se rapprochèrent de lui (SAAWS), illuminant ainsi la vallée de la maison sacrée et ses alentours. Une lumière surgit à sa naissance (SAAWS) et projeta ses rayons sur les palais romains de la Syrie. Cette lumière, fut aperçut de tous les foyers du plateau de la Mecque. Le palais royal de « Khosrô I » (ChosroêsRoi de la Perse), dans sa capitale (Ctésiphon), se fendit. Ce palais, que le roi « Khosrô Anucharwan » bâtit solidement et l’ajusta. Quatorze terrasses (entourées de balustrades) furent effondrées. Le lit de « Chosroês » fut brisé par la grande frayeur. Les feux adorés dans le royaume des perses furent amortis en raison de l'apparition de sa pleine-lune et son visage rayonnant. le lac « Sava » fut engloutit par la terre, il se situait entre « Hamadhan » et « Qom » au pays des perses. Il se dessécha, et la force de ses vagues disparut des sources de ses eaux. La vallée de « Samawa » fut débordée, c'est une steppe entre le désert et la terre (fertile), alors qu'avant elle ne pouvait assoupir la soif des assoiffés. Le lieu de sa naissance (SAAWS) fut dans le lieu connu par les ethnies mecquoises, où se trouve la maison sacrée dont ses arbres ne sont point coupés et ses régions désertes fréquentées. La date de sa naissance fut l'objet de controverse parmi les paroles transmises des savants, le plus répandu est qu'il est né avant l'aube du lundi douze du mois de Rabî' I, de l'année de « l'Eléphant » où Dieu le repoussa de la maison sacrée et assura sa défense.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Sa mère l'allaita (SAAWS) quelques jours, puis il fut allaité par Thuwaybah al-Aslamiyah, qui était une esclave d'Abû-Lahab qu'il affranchit (par joie) lorsqu'elle lui annonça sa naissance (SAAWS). Elle l'allaita avec bienveillance (SAAWS) avec son fils Masrouh et Abu-Salamah. Elle allaita avant lui Hamza (l'oncle du prophète), que sa culminante bravoure fut louée pour sa défense de la religion. Plus tard, le prophète (SAAWS) la privilégiait en lui envoyant de Médine des présents et des habits, jusqu'à ce que le commandant de la mort transporte son corps à la tombe et l’ensevelit. On dit à propos de sa foi qu'elle resta dans le culte de l'âge de l'ignorance, on dit aussi qu'elle se convertit à l'islam, Ben-Munda rapporta et narra ce désaccord. Il fut par la suite allaité (SAAWS) par la jeune femme Halima as-Saâdia, celle que tous les gens (de la Mecque) rejetaient ses seins en raison de sa pauvreté et les repoussaient, cependant ils fructifièrent de lait (à l'approche de la bouche du prophète), il téta son sein droit et laissa le gauche à son frère (de lait). La vie de Halima devint florissante, après la misère et la pauvreté, ses moutons prirent rapidement du poids, même les plus vieux d'entre eux. Tout drame et tout fléau furent éloignés d’elle, et le bonheur tissa l'étoffe de son existence .

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Par les soins divins, le prophète (SAAWS) croissait en un jour ce que les autres garçons croissaient en un mois. Il se dressa sur ses pieds à trois mois et marcha à cinq et ses forces devinrent franchement robustes à neuf mois. Deux anges incisèrent sa poitrine, lors de son séjour chez elle, et ressortirent un caillot de sang, ainsi ils ôtèrent les tentations du diable, et le purifièrent avec de la glace. Ils le garnirent par la sagesse et les significations de la foi, puis ils le recousirent et imprimèrent (entre ses épaules) le sceau de la prophétie, ensuite ils le pesèrent et son poids égalait à un millier (d’hommes) de sa bienveillante Nation. Grace à l’excellant climat de la compagne, il grandit (SAAWS), par la suite, sain de corps et d’esprit. Puis Halima le rendit à sa mère à contrecœur, par crainte qu’il lui arrive malheur (suite à l’épisode des deux anges). Plus tard, lorsqu’il se maria avec Khadija «  l'agréée », Halima lui rendit visite et il lui réserva un accueil chaleureux et l’a comblât amplement de présents. Elle lui rendit une autre fois visite lors de la bataille de « Hunaïn », il l’accueilli avec grande générosité et lui étendit (SAAWS) de sa cape (sur le sol), en étendant, par ce sens, sa bienfaisance et sa largesse. La vérité est qu’elle se convertit à l'islam avec son mari et ses enfants, et qu’elle et son mari furent comptés parmi les compagnons du prophète par un groupe de narrateurs (de Hadiths) dignes de confiance.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsqu’il atteignit (SAAWS) ses quatre ans, sa mère Amina «  l'agréée » décéda, gratifiée par l’affection d es soins de Celui qui a choisit et préféré son fils. Dans le livre d’Abu Na’îm intitulé « la preuve de la prophétie », il cite un Hadith d’après al-Zahrî qui le rapporta d’Ôm-Samâha la fille d’Abû Dahm, qui entendit sa mère dire : « j’ai été témoin de la mort d’Amina, alors que Muhammad (SAAWS) était encore un enfant se tenant à son chevet, elle regarda son visage, puis elle lui dit : « que Dieu te bénisse comme garçon. O fils qui fut sauvé de la bataille des aiguillons, avec l'aide du Roi Bienfaiteur. Sa rédemption au lendemain des coups de flèches, fut une centaine de parfaits dromadaires. Si ce que j'ai vu dans le rêve s’avère vrai, tu seras envoyé aux humains, de la part de Celui qui a la Prestance et la Révérence ». Ensuite elle dit : « chaque vivant connaitra la mort et tout objet neuf connaitra l’usure, et toute abondance s’épuisera. Je vais disparaitre mais ma mémoire restera, car j’ai laissé un bien salutaire et généré un purifié. » et puis elle décéda et nous entendîmes les sanglots des djinns à sa mort, et nous fûmes de cela protégés ».

Pleurons « Amina », la jeune femme charitable et loyale
La belle, la chaste, la réservée
La femme d’Abdullah et son épouse
La mère du prophète de Dieu, le serein
Lequel sa chaire se trouve à Médine
(Amina) est devenue otage de sa tombe


Puis Ôm-Ayman l’abyssinienne prit soin de lui (SAAWS), que bien plus tard il la maria (SAAWS) a Zaid Ben Haritha son serviteur. Elle l’amena chez son grand-père Abdul-Mutallib qui le prit dans ses bras et le serra, et eut pour lui énormément de tendresse et de considération, il disait : « ce fils que j’ai, aura une grande destinée, qu’elle aubaine pour celui qui lui témoignera du respect et l’accompagnera ». Il ne se plaignait jamais, pendant son enfance, de la faim ni même de la soif. Souvent il se contentait de l'eau de Zamzam qui le rassasiait.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsque les montures de la mort atterrirent dans la cour de son grand-père Abdul-Muttalib, son oncle paternel Abû-Tâlib le parraina. Il s’occupa de lui avec une telle résolution et une volonté énergique et un emportement qui le favorisa à lui-même et à ses enfants.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsqu’il atteignit (SAAWS) ses douze ans, il voyagea avec son oncle Abû-Tâlib en direction de la Syrie, il fut reconnu par le moine Buheïra, en raison de ce qu’il détenait (SAAWS) des descriptions de la prophétie et ce qu’il renfermait. Il dit : « je vois en lui le seigneur des Mondes et le Messager d'Allah et son Prophète, les arbres et les pierres se prosternent devant lui et ils ne le font que devant un prophète soupirant. On trouve sa description dans les livres célestes et entre ses épaules le sceau de la prophétie radiant de lumière ». Il ordonna à son oncle de le ramener à la Mecque, craignant pour lui d’être découvert par les gens de la religion juive. Il le ramena alors qu'ils n’atteignirent pas encore du Shâm sacré la ville de Bosra (au sud de la Syrie. le Shâm englobe : la Palestine, la Jordanie, la Syrie et le Liban ).

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsqu’il atteignit (SAAWS) vingt-cinq ans, il voyagea à Bosra (Syrie) pour un commerce appartenant à la jeune femme Khadîja. Il fut accompagné par le bienveillant serviteur Maysarah. Il se reposa (SAAWS) sous un arbre près du Monastère du moine chrétien Nestora, celui-ci le reconnu lorsqu'il vit l'arbre s'inclinait et étendre largement son ombre. Il dit aussitôt : celui qui se repose sous cet arbre, ne peut être qu'un prophète aux parfaits attributs et un Messager protégé que Dieu a doté de nobles vertus. Puis il demanda à Maysarah : « a-t-il une rougeur dans ses yeux ? » révélatrice de sa marque cachée, il lui répondit : « oui » , à ce moment-là, il fut convaincu de ce qu'il avait pensé et deviné. Il dit aussitôt à Maysarah : « ne le quitte pas et fréquente-le avec une sincère détermination et une bonne intention, car il est parmi ceux que Dieu a honorés par la prophétie et choisis. »

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Ensuite il épousa (SAAWS) Khadîja, la Dame agréée, pour qu'elle hume, grâce à lui, le relent de la foi le plus savoureux de ses arômes. Lors de ses fiançailles, Abû-Tâlîb fit l'éloge de son neveu (SAAWS), après avoir rendu grâce à Allah par d'éminentes louanges, il dit : « il aura, par Dieu, une glorieuse destinée, qu'on louera plus tard la portée du bonheur qu'il aura procuré ! » , le père de Khadîja accepta son mariage avec lui (SAAWS) , qui sera désormais son bonheur éternel. Il eut avec elle (SAAWS) tous ses enfants mâles sauf celui qui fut nommé par le nom d'al-Khalîl (Ibrâhîm).

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsqu’il atteignit (SAAWS) trente -cinq ans, les chefs Qurayshites décidèrent de rebâtir la Kaâba, en raison des inondations qui la dégradèrent. Un litige les opposa lors de la pose de la Pierre Noire. Tous voulaient la soulever et la poser à son endroit. Le conflit verbal atteignît sa limite que des alliances se formèrent pour le combat et le lien du sang faillit l'emporter. Puis revenant à leur sérénité, ils réclamèrent l'équité, et chargèrent l'affaire à celui qu'ils approuvent son avis ajusté par la sagesse. Ils décidèrent d'octroyer l'arbitrage au premier qui franchira la porte de la Sudna Shaybiyah (porte réservée aux serviteurs de la Kaâba de la famille des Béni Shaybah connu par Abdul-Muttalib ). Le prophète (SAAWS) fut le premier qui franchit la porte et ils l'acclamèrent en disant : « voici l'honnête (homme) que nous acceptons tous et agréons. »

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Ils lui disent (SAAWS) qu' ils l'ont accepté d'être le juge et le tuteur de cette grave affaire. Il prit (SAAWS) la Pierre et l'a posa sur une tunique, puis il ordonna à leurs supérieurs de la soulever tous en même temps, ils la soulevèrent jusqu'à ce qu'ils atteignirent le lieu de sa pose à l'angle de l'édifice, puis il la posa (SAAWS) avec sa noble main dans l'emplacement, qui est actuellement connue, et la finit par du mortier.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsqu’il atteignit (SAAWS) quarante ans, suivant la confirmation de la plupart des experts en sciences religieuses. Allah l'envoya aux Mondes portant de bonnes nouvelles et avertissant (des dangers), et par son entremise, Dieu les engloba tous dans Sa Miséricorde. Il commença par voir des songes authentiques pendant les six premiers mois, chaque songe qu'il voyait s’accomplissait dans la vie réelle comme l’éclat des premiers rayons du soleil au petit matin. La raison de ces visions, en premier temps, est un exercice effectif des forces humaines pour qu’il ne soit pas surpris par l’Archange lorsqu'il lui annoncera explicitement la prophétie, et par conséquent ses forces pourront ne pas supporter. Il fut épris par l’isolement, il passait d'innombrables nuits dans la grotte de « Hirâ » adorant Dieu jusqu’à ce que la Vérité formelle se présenta à lui, ce fut le lundi dix-sept du mois de Ramadan, certains disent que c’était le vingt-sept ou le vingt-quatre, et d’autres disent que c’était le huit du mois de sa naissance (SAAWS) , qui a vu naitre la pleine-lune de sa face.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

L’Archange lui dit : « Lis ! », il lui répondit : « je ne sais pas lire », il le couvrit d’une étoffe et le serra fortement et lui dit : « Lis ! », il lui répondit : « je ne sais pas lire », il le couvrit à nouveau et le serra fortement jusqu'à ce qu'il eu du mal à respirer , il lui dit : « Lis ! », il lui répondit : « je ne sais pas lire », il le couvrit une troisième fois pour qu’il s’oriente avec tous ses sens à ce qui va lui être révélé et le recueillir avec sérieux et assiduité. Par la suite l’Archange ne fit pas son apparition pendant trois ans ou trente mois pour que son ardeur atteigne le degré désiré afin d’aspirer les souffles à l’émanation parfumée. Puis il lui fut révélé Sourate « al-Mudatthir » que Gabriel lui porta et l'interpella. L’antériorité de Sourate « Iqrâ au Nom de ton Seigneur » témoigne que sa prophétie est antérieure, et que son Message portant de bonnes nouvelles et avertissant (des dangers) est ultérieur.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Le premier des hommes qui cru à son Message fut Abû-Bakr, le compagnon dans la grotte « Thawr», le véridique, et parmi les enfants Ali et parmi les femmes Khadîja, qui grâce à elle, Dieu raffermit son cœur et le protégea. Parmi les serviteurs Zaid Ben Hâritha et parmi les esclaves Bilâl qui fut torturé par Umayya en raison de sa foi en Dieu, son maître le céda à Abû-Bakr qui l’affranchit. Ensuite ont suivit Othmân, Saâd, Saïd, Talha, Ibn-Âwf et le fils de sa tante paternel Safiyah et bien d’autre que le véridique leur fit gouter et abreuver le nectar de la croyance. Son culte (SAAWS) et celui de ses compagnons resta pendant un temps caché, jusqu'au jour où il lui fut révélé (SAAWS) : « Expose donc clairement ce qu'on t'a commandé » qu'il appela la création à Dieu.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Son peuple ne s'éloigna de lui que lorsqu'il rejeta leurs idoles et ordonna de refuser ce qui est contraire à l'Unité. Ils osèrent le combattre par l'hostilité et lui faire du tort. Le malheur s'intensifia chez les musulmans qu'ils choisirent de s'exiler en Abyssinie en l'an cinq (après la révélation). Son oncle Abû-Tâlib, disposé à le protéger, inspirait de la crainte chez son peuple qui évitait de l'approcher. (Allah) lui prescrit (SAAWS) la prière pendant quelques heures de la nuit, puis elle fut énoncée dans le Qurân : « Récitez-en donc ce qui (vous) sera possible et accomplissez la Prière ». (Allah) lui prescrit deux prosternations (Rakâa) au matin et deux au soir, puis, à la nuit de son ascension, la Prière fut énoncée dans le Qurân rendant les cinq prières quotidiennes obligatoires.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Il fut transporté (SAAWS), en état d’éveil, par son corps et son esprit de la Mosquée sacrée (Mecque) à la Mosquée al-Aqsâ (Jérusalem) et ses étendues sacrées. Ensuite il fit son ascension vers les cieux. Il vit dans le premier ciel Adam en solennité grandiose et majestueuse. Au deuxième ciel, il vit Îssa (Jésus) fils de la Vierge, la bienfaisante, la pure, il était accompagné de son cousin maternelle Yahyâ (Jean Baptiste) qui fut paré par la sagesse depuis son enfance. Au troisième ciel, il vit Yûsuf (Joseph) le véridique dans sa sublime beauté. Au quatrième ciel, il vit Idrîs (Enoch), que Dieu éleva sa position et le souleva. Au cinquième ciel, il vit Hâroun (Aaron), le bien-aimé dans la nation israélienne. Au sixième ciel, il vit Mûsâ (Moïse), lequel Dieu lui adressa la parole et lui fit des confidences. Au septième ciel, il vit Ibrâhîm (Abraham) al-Khalîl (l’amoureux de Dieu), qui s’est orienté par un cœur sain et une pure intention vers son Seigneur, qui l’a protégé des flammes du feu de Nimrûd (Nemrod). Ensuite, il atteignit le lotus de la limite Jusqu’à ce qu’il entendit le crissement des styles qui écrivirent les destinées. Il atteignit par la suite « la Station de la Conversation  » (Maqâm al-Mukâfaha) où Dieu lui alloua Sa proximité et Son approche. Il lui retira (SAAWS) les voiles des Lumières de la Majesté et le laissa voir de ses propres yeux (SAAWS) de la Présence de la Divinité. Il lui étendit aisément l’amplitude de la vénération dans le domaine de Son Essence. Il lui imposa et à sa Nation cinquante prières, puis le nuage de Sa faveur déversa de Ses grâces et les réduisit à cinq prières, cependant leur récompense est égale à cinquante, comme Il le voulut dans l'Éternité et Sa destiné.

Il retourna ensuite (à la Mecque) dans la nuit portant les dons divins, le véridique (Abû-Bakr) croyait en son ascension et tous ceux qui détiennent un esprit éclairé .

Cette nuit, au digne rang où l’Élu se dressa sur le Burâq,
Qui le porta en ascension jusqu’au lotus de la limite ,
Telle est la Souveraineté saillante.
Une dimension qui déchoit toutes aspirations, en les distançant, les laissant dans le regret.


O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Puis il appela publiquement, pendant la saison du pèlerinage (al-Hajj), qu’il est le Messager de Dieu. Six des Ansârs (habitants d’al-Madîna), que Dieu favorisa par Son agrément, crurent en lui. L’année d’après, douze hommes d'entre eux, vinrent pour le pèlerinage et lui prêtèrent leur affable serment d’allégeance, puis ils retournèrent dans leur région et l'Islam fit son apparition dans la Madîna, qui sera désormais son bastion et son refuge. A la troisième année, soixante-dix ou soixante-cinq, ou soixante-trois des tribus « Aws et Khazraj » vinrent lui prêter serment d’allégeance. Il nomma à leurs têtes douze majors chefs de troupes. Les musulmans de la Mecque émigrèrent chez les Ansârs et quittèrent leurs pays désirant ainsi le fruit réservé à ceux qui abandonnent l'apostasie et s'opposent à elle. Les chefs Qurayshites craignirent qu'il rejoigne (SAAWS) ses compagnons sur le champ. Ils complotèrent de le tuer mais Dieu le protégea de leur conspiration et lui porta secours.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Lorsque l'autorisation à immigrer lui parvint (SAAWS) , il fut surveillé par les polythéistes pour qu'ils le portent, comme ils prétendaient, dans les caveaux de la mort. Il sortit (de chez lui) et répandit sur leurs têtes (immobiles) de la terre. Il s'orienta (SAAWS) vers la grotte « Thawr » (accompagné) du véridique (Abû-Bakr) qui remporta le compagnonnage. Il s'y établit trois jours, bardé par les colombes et les araignées qui veillèrent à sa protection. Ils sortirent de la grotte le soir du lundi montant (SAAWS) la meilleure des montures (la chamelle : al-Qaswâ). (Un certain) Surâqa s'interposa sur son chemin, il (le prophète) sollicita l'aide de Dieu et le pria, c'est alors que les pieds de la jument « Yaâbouba » (de Surâqa) s'enfoncèrent dans la terre solide, il lui demanda le salut que le prophète lui accorda.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Il passa (SAAWS) par une localité qui se nomme «  Qudayd  » devant le foyer d’Ôm-Maâbad al-K hozâ’iya et il voulut lui acheter du lait ou de la viande, mais elle n’avait rien de tout cela dans ses réserves. Il observa (SAAWS) une brebis dans la maison qui manquait d’effort pour aller brouter. Il lui demanda l’autorisation de traire son lait, elle l’autorisa mais elle lui fit remarquer que s’il y avait du lait dans ses mamelles, elle en aurait bénéficié. Il passa sa main (SAAWS) sur sa mamelle et pria Dieu, son Seigneur et son Appui, et ses mamelles se remplirent de lait. Il fit traire son lait et servit ses compagnons fatigués du voyage. Puis recommença et remplit une cuvette et la laissa pour la dame comme prodige manifeste. Lorsque son mari, Abû -Maâbad, rentra chez lui, il constata avec grand étonnement la présence du lait et demanda à sa femme : « d’où est ce que tu as obtenu ce lait, alors qu’il n’y a pas une goutte dans les mamelles de notre brebis ? », elle lui dit : « un homme béni est passé chez nous… » Elle le décrivit avec précision, il lui dit : « c’est l’homme de Quraysh ! » et il jura par toutes les divinités que s’il l’aurait vu, il aurait cru en lui et l’aurait suivit et resterait à ses cotés.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Il arriva (SAAWS) à Médine le lundi douze Rabî’ I, et toute sa région exhalée rayonna par sa présence et il fut accueillit par les Ansârs. Il descendit (SAAWS) à Qubâ où il fondit sa mosquée sur la piété .

Ceci est l'Élu et la Pleine Lune,
Que chaque lune est soumise à son croissant
Il est celui que son nom fut gravé sur le Trône,
Ainsi que sa description, ses qualités et sa majesté
Il est celui qui se découvrit le visage,
Et les regards des cœurs se baissèrent par respect mêlé de crainte à sa beauté.


O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Ceci étant que Dieu favorisa cette noble essence Muhammadiya par des perfections qui enjolivent par leurs récits les oreilles et répandent dans les bouches par leurs énonciations du parfum.

Erre-toi dans son essence et ses qualités, lors de l’écoute,
Particulièrement lorsqu'elles se dévoilent intensément
Occupe ton ouïe par des perfections
Qui te sont relatées par le récit et le chant.


O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Il était (SAAWS) le plus complet des hommes dans l’apparence et dans les qualités, à l’essence et aux attributs éminents. Il était de taille moyenne, au teint clair mêlé d’une nuance rougeâtre, au grands yeux noirs aux longs cils, ses sourcils fournis, ses dents séparées, sa bouche élargie, au front large en forme d’un croissant, ses joues pleines, son nez aquilin comporte une légère courbure au cartilage parfait, au larges épaules, au grandes mains, ses os massifs, très peu enveloppé, à la barbe touffue, à la tête majestueuse, ses cheveux arrivaient jusqu’au lobes de ses oreilles et entre ses épaules le sceau de la prophétie radiant de lumière . Les goutes de sa sueur (SAAWS) ressemblaient à des perles, sa sueur dégageait une odeur plus agréable que les halènes parfumées. Il était prudent dans sa marche, comme s’il descendait d’une pente qu’il venait de gravir. Lorsque les gens lui serraient la main, ils gardaient dans leurs mains une odeur ambrée toute la journée, et lorsqu’il posait sa main sur la tête d’un enfant, les gens le découvraient juste à l’odeur. Son noble visage irradiait comme la pleine lune. L’auteur de cette description ajouta : « je n’ai jamais vu de tel avant lui ou après lui et personne ne verra un humain comme lui » .

Il ne partage avec aucun autre ses qualités incomparables ;
Il possède toute entière et sans partage la substance même de l'excellence.


La beauté de son image n’a pas autant envoûté les gens comme c’était le cas avec Yûsuf (Joseph), car sa majesté dominait sur la beauté de son image, ainsi personne ne pouvait le contempler attentivement.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Il était (SAAWS) d’une grande pudeur et modestie, il avait un comportement mystique. Il aimait les pauvres et s’asseyait avec eux, il rendait visite à leurs malades et participait à l’enterrement de leurs morts. Il ne dédaignait pas les pauvres infligés par la misère. Il acceptait les excuses et ne rencontrait jamais quelqu'un avec une conduite répréhensible. Il marchait avec les veuves et les esclavages. Il ne craignait pas les Rois, sa colère était pour Dieu et sa satisfaction ce qui satisfait Dieu.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

Il marchait derrière ses compagnons et leur disait : « laissez mon dos aux anges ». Il montait sur le dromadaire et le cheval, la mule et l’âne que certain des Rois lui avait offert. Il mettait une pierre sur son estomac et la serrait avec un bandeau à cause de la faim alors qu’il disposait des clés des richesses de la terre, et les montagnes l’avaient sollicité qu’elles se transformeraient en or pour lui et il refusa. Il ne s’étalait pas (SAAWS) dans les discussions futiles, il n’en parlait que très peu. Il commençait par le salut lorsqu’il croisait quelqu’un. Il prolongeait la durée de la prière et raccourcissait les prêches du vendredi. Il montrait de la familiarité envers les personnes appartenant à la noblesse, et honorait les personnes de vertu. Il plaisantait et ne disait que la vérité qui satisfait Dieu et Lui soit préférée.

C’est ici que s’arrête, pour nous, l’étalon de l'énoncé de sa chevauchée dans la tribune de l’ éloquence et la litière du récit a atteint de l’étendue de l’éclaircissement sa fin.

O Seigneur, parfume sa généreuse tombe d’un excellent parfum de Ta proximité et Ta paix, ô Seigneur alloue-lui d’avantage de proximité, et accorde-lui la paix et la bénédiction.

O, Seigneur, Vous qui avez les mains tendues par Vos dons, O Celui, que lorsque les mains d'une personne se lèvent (pour L'implorer), cela Lui suffit. O Celui, qui Est transcendant dans Son Essence et dans les Attributs de Son Unité, qu'Il n'a pas de semblables ou de similaires. O, Celui qui s'Est singularisé par l'antériorité, l'existence continue et l'éternité. O Celui qui Est le Seul à Être sollicité et le Seul qu'on espère Son soutien. O Celui que les créatures s'appuient sur Sa Capacité immuable, et guide par Sa grâce celui qui Lui demande de le guider et l'orienter. On Vous demande, par Vos Lumières sacrées qui ont chassé l'obscurité du doute. On Vous supplie par l'honneur de l'essence Muhammadiyah, celui qui est, par son image, le dernier des prophètes, et le premier (prophète) dans le sens caché. Par ses descendants, qui sont les astres protecteurs de l'humanité et le navire du salut. Par ses compagnons les biens guidés et les préférés, qui ont donné leurs âmes à Dieu, recherchant la grâce d'Allah. Par les porte-étendards de sa Shari'a, aux qualités exemplaires et singuliers, qui sont ravis d'un bienfait d'Allah et de Sa faveur, de nous assurer le succès dans les paroles et les actes par la sincère intention. D'accorder la réussite à chacun des présents (parmi nous) dans sa requête et son aspiration. De nous délivrer de la captivité des désirs et des maux du cœur. De réaliser pour nous les espoirs que nous portons sur Vous. De nous protéger de toute injustice et de tout malheur. Ne nous comptez pas parmi ceux qui sont esclaves de leurs passions. De voiler (aux yeux des gens) pour chacun de nous ses limites, son impuissance et ses faiblesses. De nous faciliter d'accomplir les meilleures actions qui sont comparables à la bonne graine. De nous étendre la certitude pour qu'on cueille avec facilité ses fruits mûrs. D'effacer pour nous tous nos péchés. D'englober notre rassemblement parmi les bénéficiaires de Vos dons, par Votre miséricorde et Votre pardon. Maintenez celui qui se contente seulement de Vous et de Vos dons. O Seigneur, Vous avez conçu pour chaque quêteur une position et un avantage, et pour chaque aspirant ce qu'il a espéré et souhaité. Nous Vous demandons de nous gratifier par Vos dons lucides. Accomplissez pour nous ce que nous Vous avons imploré. O Seigneur, apaisez nos craintes et réformez les dirigeants et leurs peuples. Accordez la plus grande récompense pour celui qui a apporté un bien profitable à ce jour et l'a perpétué. O Seigneur, faites que ce pays et le reste des pays musulmans soient en paix et dans le bien-être (matériel). Faites pleuvoir sur nous des averses dont leurs flux englobent les (gens) dévastés et les favorisés. Et pardonnez au compositeur de cette toile calligraphiée de la naissance (du prophète), Jaâfar descendant de Barzanjî. Accomplissez pour lui le bonheur d'être proche de Vous et que ses vœux soient réalisés. Et faites que son repos éternel et son séjour soient auprès des adjacents (proches de Dieu). Voilez (aux yeux des gens) ses défauts, son impuissance et ses faiblesses. Ainsi pour celui qui l'a écrit et pour le lecteur et pour celui qui a prêté son oreille avec attention. O Seigneur, donnez la victoire à notre Roi (Cheikh) et à son armée Muhammadiyah. Ecrivez sur la bannière de ses soldats « victoire parvenant de Dieu ». Faite, O Seigneur, qu'il soit le rénovateur de la religion de cette bienfaisante nation. Affermissez-le par «  il n’y a aucune puissance ni force sauf par Dieu » . Soyez, O Seigneur, garant pour notre Maître et ses Fils, les purs. Et accordez nous le pardon et la délivrance (des malheurs), ô Celui qui est le Seul à Être Supplié. O Allah, allouez d'avantage de Votre proximité et Votre paix au premier sujet à la manifestation de la Vérité absolue, ainsi que ses descendants et ses compagnons et ceux qui l'ont soutenu et suivi, tant que les ouïes réceptionnent ses qualités luisantes en forme de bijoux fixés aux lobes de leurs oreilles et les grandes réunions (à son honneur) ornent leurs bustes par des colliers de ses parures.



Traduction : Derwish al-Alawî. Zawiya Qacimiya – France.
 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.