Accueil Œuvres écrites du Maître Correspondances du Cheikh al-Alawî Lettre du Cheikh al-Alawî à Mohammed al-Madanî - 191?
Lettre du Cheikh al-Alawî à Mohammed al-Madanî - 191?
Œuvres écrites du Maître - Correspondances du Cheikh al-Alawî
Écrit par Ahmad al-Alawî   
Jeudi, 01 Janvier 2015 02:31

Lettre non datée (191?) du Cheikh Ahmed al-Alawî ®, adressée à son disciple accompli, le distingué, le Cheikh Mohammed al-Madanî ®, lui donnant des conseils précieux.

À l’attention de notre ami et bienaimé sidi Mohammed al-Madanî. Que les bénédictions d’Allah vous enveloppent, que Sa clémence vous protège de voir les créatures et de s’appuyer sur eux. Voir les créatures assombrit les esprits ; compter sur eux aveugle les cœurs. Le salut de l’invocateur est de rompre, en soi, « la veine des Êtres », de revenir vers Allah et de ne compter que sur Lui. Je me suis efforcé de côtoyer les gens, qu’ils soient issus de l’élite ou de la plèbe. J’ai trouvé qu’ils sont tous identiques : leur exemple gravite presque autour du même axe. Il est rare que le cœur ne s’aveugle pas s’il agit selon la force des êtres ou leur faiblesse, leur enthousiasme ou froideur au point de se renforce par leur force et de s’affaiblir à cause de leur faiblesse. Ce que nous importe, dans notre religion comme dans la vie, est d’être « debout » avec Allah et d’observer ses Ordres. Entraînez vous-même et entraînez ceux qui vous côtoient sur ce principe, que Dieu vous bénisse ! Accomplissez votre devoir envers vos frères dans la mesure du possible et ne vous vous arrêtez pas s’ils vous manquaient d’égards, pour que votre volonté n’en soit pas ébranlée. En tout état de cause, c’est le Vrai qui mérite davantage d’être sollicité. Vous savez ce que j’endure avec nos frères, qu’Allah les pardonne ! Plus je pense à leur manquement à leurs devoirs envers moi, plus je pense à mon propre manquement à l’égard de mon Maître et à fortiori aux prescriptions d’Allah. Disons donc que cela est peut être une récompense équitable ; « Ton Seigneur n’est pas injuste avec Ses serviteurs » Vous avez évoqué votre désire adent de nous rendre visite ; sachez toutefois que notre désire est encore plus intense. Le désire est unique ainsi que l’empêchement. Allah pourra faire disparaître ceci [l’empêchement de se rencontrer] par cela [le désire de se rencontrer] dans le plus bref délai. Transmettez enfin mes salutations à votre groupe bien-guidé.

Celui qui vous aime, Ahmed al-Alawî.

 

Note : l’image de la lettre est une reproduction, elle n'est nullement l'originale, en revanche, le texte est intact, (Ref :Correspondances soufies. Deuxième lettre en 1912)