Accueil Œuvres écrites du Maître Articles du Cheikh al-Alawi dans les journaux Cheikh al-Alawî - Le poison est dans la graisse
Cheikh al-Alawî - Le poison est dans la graisse
Œuvres écrites du Maître - Articles du Cheikh al-Alawi dans les journaux
Écrit par Ahmad al-Alawî   
Samedi, 06 Août 1927 20:29

Tout ce qui se trouve sur cette planète, que ce soit des substances ou des exposés, des droits éventuels ou des inclinations, pourront être exposés aux démantèlement, leurs fondations se verront brisées et leurs fonctions modifiées. C'est ce que je pensais. Mais je ne pensais jamais que cela pourrait atteindre la substance de la religion musulmane. Cette religion de valeurs par rapport à son essence si raffinée et compte tenu de sa large influence sur ses enfants. Sauf que les preuves s’exhibent devant nous et les constatations accablantes nous attristent. Nous avons ainsi vu et entendu ce qui était inconcevable. Je ne voudrai pas m’attarder sur ce que nous avons vu et entendu, car tout le monde a fait la même constatation.

 

Oui ! (Malheureusement), les enfants du monde musulman chantent des hymnes qui ne sont pas de leur répertoire, et dansent sur des mélodies autres que les leurs, et méprisent de leurs coutumes autant qu’ils apprécient les coutumes des autres. Ils œuvrent main dans la main avec tous les autres pour démanteler la religion et abroger ses fractions, chacun selon sa capacité et son énergie, et chacun devra rendre compte à Dieu selon son acte et son intention.

 

Ils sont répartis en plusieurs sections ; certains d’entre eux sont excessifs, et d’autres le sont beaucoup moins. Certains sont des experts, et d’autres sont dupes, et le but dans tout cela est l’extase de se voir dans un semblant de développement et de progrès. Dans tous les cas, chacun a une pioche dans la main et travaille à détruire la religion comme les autres, et les pioches varient entre force et faiblesse, et Seul Dieu connait l’invisible de ce qu’Il a voulu pour cette Nation.

 

Nous avons été témoin d’un prêche de l'un des imams prédicateurs dans un des forums dans lequel il mentionne que le monde musulman ne verra sa renaissance que par le biais du Coran. Ce prédicateur a fait preuve de tant de hardiesse et d’évidence dans son prêche où il donnait au Coran son droit légitime, que nous ayons ressenti de la crainte que ses paroles ne soient similaires aux discours observés en Turquie, lorsque ses dirigeants parlaient au nom de la religion sans révéler leur vrai but. Pour arriver à leur fin, ils transplantaient dans les esprits des gens, par leurs conférences et leurs sermons, du poison dans la graisse ; à savoir que notre renaissance n’est possible que par le Coran et qu’il est la suprême Constitution qu’il faut observer, et appliquer ses ordonnances, et que rien ne lui est comparable et ne peut le défier dans ses enceintes. En plus de cela, ce prédicateur présentait une teinte de tristesse sur son visage, mais au fond, il est pareil au lépreux qui cache son infection par des habits, si tu l’aurais décelé, tu t’en échapperais.

 

Ils disent cela et leur intention est de s’emparer des cœurs des populations, jusqu’au moment où la grande partie des esprits leur soient dévoués, et que tous disent que la renaissance n’est possible que par le Coran, c’est à ce moment-là bien sûr, qu’ils mettent à jour tout ce qui n'est pas du Coran, comme les paroles du prophète et ses compagnons, et les paroles des juristes de sa Nation. Ils les exposent en prétextant leurs remous et leurs contradictions, et les différences d’opinions de leurs auteurs, et le manque de leur fiabilité, et que de toute façon elles ne peuvent être comparées au Coran, ni dans son sens manifeste ou son sens caché.

 

Tout cela, nous l’avons entendu auparavant des défenseurs de la renaissance et des dirigeants du réformisme, mais aujourd'hui nous entendons d'eux ce qui est plus grave, et tout le monde est au courant de cela.

 

Il était plus judicieux pour celui qui veut nous faire renaître au nom de la religion, de nous promouvoir à obéir aux ordonnances de notre religion, que nous nous interdisons l’illicite et accomplissons ce qui est permis et que nous mettons en pratique ce qui est obligatoire. Que nous nous soulevons ensemble et en même temps, individuellement et collectivement, tous unis et solidaires afin de stopper le désavouable répandu, et les vices qui se sont généralisés chez les garçons et les filles, et qui se sont introduits dans les foyers occasionnant des incendies inflammables.

 

Les partisans du réformisme, pendant ce temps-là, sont occupés et distraits, comme si leurs propres yeux sont envoûtés et leurs ouïes dures à entendre, sans se donner la peine de se pencher sur le mal tant répandu. Bien au contraire, ils sont préoccupés par les injures et les vagues de violence. C’est ce que nous voyons diffusé parmi les partisans au franc-parler et prédicateurs de la vraie religion, car ils n'ont trouvé d’utile parmi les réformes que d’entrer dans les problèmes et rabaisser les écoles juridiques et déshonorer les personnes.

 

Enfin, je dirais que le discours de ce prédicateur n’est pas forcement dans l'intention qui vise à cette fin mentionnée précédemment, mais nous l’avons rappelé afin d’avertir des mauvaises conséquences de ce qui est décoché de ses paroles, et qu’il soit avisé de ce qu’il avance, qu'il pourrait être comme les autres, un prétexte d’arriver à ce qu’il désire pour ses frères dans la foi et les enfants de sa religion musulmane.

 

Paix à vous.

 

Source : Journal al-Balagh al-Jazaïri

 

Pour lire le texte en arabe, cliquez sur ce lien.

 

Traduit de l'Arabe par Derwish al-Alawi
Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawi