Accueil Œuvres écrites du Maître Livres du Cheikh Ahmed al-Alawî Cheikh al-Alawî - Dîwân (recueil de poèmes) - À Dieu se plaint ma tristesse, (Lillah ashkû huznî)
Cheikh al-Alawî - Dîwân (recueil de poèmes) - À Dieu se plaint ma tristesse, (Lillah ashkû huznî)
Œuvres écrites du Maître - Livres du Cheikh Ahmed al-Alawî
Écrit par Ahmad al-Alawî   
Vendredi, 13 Juillet 1934 06:19
Index de l'article
Cheikh al-Alawî - Dîwân (recueil de poèmes)
À Dieu se plaint ma tristesse, (Lillah ashkû huznî)
A nul autre qu'Allah n'accorde ton Amour, (Falâ tardhâ bi-ghayri-Llahi hibban)
Approche, toi l’affligé, (Aqdim ya mu'anâ )
Aspirant à la jonction, (ya mouridal wissal)
Aspirant au secret, abandonne-toi, (Ayâ murîda-s-siri sallim)
Celui qui ne s'est pas anéanti en ses frères, (Man la fna fi khwanou)
Ces hommes qui ont disparus dans la Présence Divine, (ya rijâlan ghâbou fî hadrati-Llah, version 1)
Ces Hommes qui se sont éclipssés dans la présence de Dieu, (ya rijâlan ghâbou fî hadrati-Llah, version 2)
Disciple ! a toi la victoire, (Ya muridan fuzta bihi)
Disciple, puisse ton cœur être présent, (Mouridan bâdir biqalbin hâdir)
Invoque le Nom de Dieu mon compagnon, (Udkur Allah ya rafîqî)
Je suis éperdu par Ton Essence et suis absorbé en Toi, ô Allah !, (tayahathnî dâtek wa ghibtoufîk yâ Allah)
La Coupe, (1ère qasida page 12, fama ahla sharbul qawmi nukhbir bita'mihi)
La vision a plus de clairvoyance, (Safati nadra)
La vision s'est purifiée, (Safati nadra, version 2)
La Voie, (1ère qasida page 10, ahal talibou al Illahi yarda bi bu'dihi)
Laila, (La Présence Divine), (Danawtu min hayy Layla)
L'Amour m'a rendu esclave, (Araqani al-Gharam min husni Layla)
Le chant de l'illumination, (faqad zalati al-hujub)
Le Dhikr est cause de tout bien, (A-Dhikr sbâb kul khîr version 1)
Le (Dikhr) ressouvenir de Dieu, (A-Dhikr sbâb kul khîr version 2)
Le Maître, (1ère qasida page 11, fa in sadafta ada'iyya muhiqan fi za'mihi)
Les bien-aimés ont tout emballé, (Alwaw, Alwaw)
Les coupes de l'amour font le tour, (Darat ku-ûs al-gharâm)
Les gens du désir, les connaissants par Dieu, (Ahl l-Hawa al-'Arifina bil-Llah)
Mes regards furent accablés, ('Anati-l-absâr, version 1)
Mon regard s'est brouillé, ('Anati-l-absâr, version 2)
L'imposteur, (1ère qasida page 8, fahal laka ya hada nasibun min zawqihim)
L'intellect, (1ère qasida page 7, waqad bada nurul shamsi fi qamari duja)
L'omniprésente Réalité, (1ère qasida page 14, nadahum da'iyul qurbi inni ma'akum)
Meneur des Gens par Allah, (Hâdiya-l-qawmi biLlah ya hâdi)
Mes amis, réjouissez-vous, (Bouchrakum khilâni, version 1)
Mes frères, oyez la bonne nouvelle, (Bouchrakum khilâni, version 2)
Mes amis, si vous attestez de l'authenticité de mon état, (Ahibatî inn kuntum 'alâ sidqinn min amri, version 1)
Mes amis, si vous êtes sincères, (Ahibatî inn kuntu m'alâ sidqinn min amri, version 2)
Mes bien-aimés, votre agrément me suffit, (Yâ ahla ahla widî hasbî ridhakum)
Mes larmes coulent en abondance, (Dam'î mihtâl min 'ayni madhahâ, version 1)
Mes larmes s’écoulent de mon œil, (Dam'î mihtâl min 'ayni madhahâ, version 2)
Miséricorde et bienfait en compagnie des amis, (Rawhun wa rayhân ma baynal khilân)
Mon ami, pratique mystiquement la danse, (Ya khilli fashtah)
Mon bien-Aimé m'a fait connaitre, ('Arafni mahboubi malâ nadrî)
Mohammed, le Créateur t'a élu, (Mohammed stafâk al-Bârî)
Mon Seigneur Ahmad ô Muhammad,(Yâ Sidî Ahmad yâ Muhammad)
Que Dieu t'accorde la bénédiction, ô lumière,(Çall-Allah 'alayk ya nûr, version 1)
Que Dieu t'accorde la paix, ô lumière,(Çall-Allah 'alayk ya nûr, version 2)
Toi ô échanson du vin spirituel, (yâ sâqiya-l-khamra)
Toi qui m'interroges, tu seras responsable, (Ayuha as-sâ-il anta-l-kafilu)
Toi qui ne comprends pas mes paroles, (Yâ man lam tafham maqâli)
Toi qui veux connaître ma sagesse, (Yâ man tûrid tadrî fanî, version 1)
Toi qui désires savoir mon art, (Yâ man tûrid tadrî fanî, version 2)
Toi qui veux connaitre mon art, (Yâ man tûrid tadrî fanî, version 3)
Toi, notre espoir ! Par Ta bienveillance [Al-Lotfiyya],(Aya Rabbi bi lotfika ya Mortajâ)
Vous qui désaltérez les esprits, (Yâ souqât-arrâhî qoumou)
Vous qui hantez mes entrailles, (Ya sakina-l-hacha, version 1)
Vous qui résidez en moi, (Ya sakina-l-hacha, version 2)
Toutes les pages

 

À Dieu se plaint ma tristesse
(Lillah ashkû huznî)
Traduit par Derwish al-Alawi

***

À Dieu se plaint ma tristesse
De la mort du Roi,
Une vraie perte
Pour ces temps et toute l'humanité

***

Un disparu qui fut proche
Englouti sous terre,
Alors qu'il englobait le tout,
Et le tout était lui

***

Un disparu qui fut
Au dessus de Tout,
Est ce possible
Qu'il soit entouré d'une tombe ?

***

Non !
Le tombeau ne l'a pas entouré,
Mais reçu par faveur
L'honneur en le humant

***

Que les yeux coulent de sang
Regrettant sa perte,
Sans qu'on dise
Qu'ils ont commis de pêché

***

Car le pêché serait
Que l'œil soit asséché
Des larmes qui sont
Si généreusement rétribuées

***

Et qu'il le pleure
Le trône de Dieu et le ciel,
Et que la terre, devenu son atout,
Puisse-elle survivre

***

Oh Ciel quel regret !
Ton altitude ne t'a nullement profité,
La fierté t'aurais sied
Si terre tu étais

***

Il n'est point surprenant
Qu'il n'y ait de semblables,
Nul ne peut supporter
Ses éthiques illustres

***

Tolérant, généreux,
Indulgent, ascète, souriant,
La jovialité sur son visage
Est un aspect permanent

***

Pardonne aux détracteurs,
Même après sa mort
Nul ne le diffama
Ou l'accusa d'arrogance

***

Veillait sur l'humanité,
Son don abondait en secrets,
Ne demandait pas de gloire
Ne demandait point de rétribution

***

Jamais en colère,
Le mécontentement ne connaissait pas,
Avait toujours d'excuses
Pour ses intimes amis

***

Nul ne peut prétendre vu
Ou aperçu de semblable,
Par Dieu,
Il est l'unique réceptacle du Secret

***

Il est mon désir, mon souhait,
Mon soutien puis mon but,
Sa protection me suffit
Dans les difficultés

***

Muhammad al-Bûzîdî
Reçu de Muhammad,
Ce que le fils hérite du père,
Et nous eûmes une part d'héritage

***

Que la miséricorde de Dieu
Soit sur vous
La douloureuse séparation règne
Après notre heureuse réunion

***

Une paix exhalée de parfum,
D'aromate et d'ambres,
Vous est adressée
De tous mes viscères,

***

Je vous ai appelé car,
Mon cœur est éprouvé par l'éloignement,
Et mes larmes sont ;
L'encre de ces lignes

***

J'ai écris avec mes larmes
Mélangées de tristesse,
Je manque de patience
Je n'ai pu ressaisir mon courage

***

Je ne pleure pas
En raison de la séparation,
Mais votre image
À mon œil, a de l'estime

***

Que Dieu du trône vous récompense
Par la proximité et l'agrément,
Et que la vénération vous entoure,
La bénédiction et la félicité

***

Pour préserver la Voie,
Vous avez laissez des hommes tels des fleurs
Alors que vous,
Étiez la pleine lune

***

Mon ami,
Ne pense pas que la mort a emporté son secret,
Mais elle lui a préparé
Le terrain du déploiement

***

Nous a fait hériter des sciences
Car nous en sommes dignes de les préserver,
Et lorsque le temps nous affectionnera,
Il nous est tenu de les manifester

***

O vous, Ses biens aimés,
Vous avez gagné Sa proximité,
Vous êtes les rois
Des blancs et des rouges sur terre

***

O Seigneur, Dieu de toute l'humanité,
Toi, en qui j'ai confiance,
Couvre sa tombe
Par des voiles de Ton pardon

***

Et alloue d'avantage de Ta proximité
A la principale source, notre refuge,
Mon soutien et protecteur
Au jour du jugement.

 



 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.