Accueil Le Prophète Muhammad (§)
Le Prophète Muhammad Ben Abdullah (§)
01-Le Prophète Muhammad Ben Abdullah (§) - Les relations et conversations du Prophète avec ses compagnons
Biographies - Biographies-Antérieurs
Écrit par Harûn Yahya   
Mardi, 12 Août 2008 11:00
Index de l'article
01-Le Prophète Muhammad Ben Abdullah (§)
I Introduction
II La moralité sublime du Prophète telle qu'elle apparaît dans le Coran
Le Prophète ne mettait en pratique que ce qui lui avait été révélé
La confiance du Prophète en Dieu: un exemple pour tous les hommes
Le Prophète cherchait toujours à ne plaire qu’à Dieu, n’attendant rien d’autrui
La patience dont faisait preuve le Prophète face aux difficultés
Le Prophète était toujours tolérant envers les gens autour de lui
La justice exemplaire du Prophète
Celui qui obéit au Prophète obéit aussi à Dieu
Le Prophète avertissait et prêchait les hommes de sorte à influencer leur conscience
Le Prophète magnifiait continuellement son Seigneur
Le Prophète était l’annonciateur de bonnes nouvelles
Le Prophète rappelait à son peuple que lui aussi était un être humain
Le Prophète soulageait les musulmans de leur détresse
Le Prophète était plein d’égards et de considération envers les croyants
Comment le Prophète priait et implorait la miséricorde divine pour les croyants
Le Prophète consultait les croyants
Dieu a accordé au Prophète la gloire et l’honneur
Le Prophète était toujours plein d’égards et de courtoisie
Dieu a toujours protégé le Prophète
L’importance que le Prophète attachait à la propreté
Les prières du Prophète
La façon dont le Prophète transmettait le message de Dieu
III Le Prophète expliquait aux hommes que la puissance de Dieu est infinie
Le Prophète expliquait que la seule voie droite est celle de Dieu
Le Prophète mettait les hommes en garde contre l’idolâtrie
Le Prophète a révélé que seul Dieu connaît l’invisible
Le Prophète rappelait aux hommes que Dieu entend leurs conversations les plus secrètes
Le Prophète a annoncé que le Coran était la parole révélée de Dieu
Le Prophète a révélé qu’au Jour des Comptes, nul ne portera les péchés d’autrui
Le Prophète conseillait à son peuple de tirer les leçons de la ruine de leurs prédécesseurs
Le Prophète rappelait aux hommes la terrible échéance de la mort
Il a révélé que seul Dieu avait connaissance de l’Heure
Il nous a révélé que certaines personnes resteront en enfer pour l’éternité
Il nous a invités à nous remémorer Dieu en L’invoquant par Ses plus beaux noms
Il disait aux gens de ne pas faire de distinction entre les prophètes
Le Prophète exhortait les gens à avoir une bonne morale
Le Prophète mettait les gens en garde contre l’arrogance
Muhammad était aussi le prophète des djinns
Les avertissements du Prophète à ses adversaires
Il ne s’engageait pas dans des discussions futiles avec les mécréants
Il appelait les mécréants à se repentir
Il prévenait les mécréants de leur défaite inévitable
Il mettait les mécréants en garde contre les supplices de l’enfer
Il parlait avec fermeté aux mécréants, leur disant qu’il ne se joindrait jamais à eux
Les rappels du Prophète aux Gens du Livre
Le Prophète ne polémiquait jamais avec les Gens du Livre et ne les contraignait jamais à croire
Il appelait les Gens du Livre à adorer Dieu sans rien Lui associer
IV L'apparence extérieure du Prophète
La beauté physique du Prophète
La prestance du Prophète
L’apparence extérieure du Prophète
Le sceau de la prophétie du Prophète
La chevelure du Prophète
La tenue vestimentaire du Prophète
Les vêtements de sortie du Prophète
L’anneau et le sceau du Prophète
La démarche du Prophète
La façon dont le Prophète s’asseyait
La façon de parler du Prophète
La douce odeur du Prophète
Les mets favoris du Prophète
Les boissons favorites du Prophète
Ce que le Prophète a dit sur l’eau
Quelques traits du Prophète
V La vie exemplaire du Prophète
Le Prophète souriait souvent et enjoignait aux autres d’en faire autant
Les relations et conversations du Prophète avec ses compagnons
Le Prophète aimait à rire et plaisanter avec ses compagnons
Les conseils du Prophète à propos de la fraternité
L’intérêt et l’affection du Prophète pour les enfants
Les épouses du Prophète sont les mères des croyants
VI Ce que le Prophète a dit sur le futur
Informations relatives à l’inconnaissable que le Prophète a révélées dans les hadiths
Les hadiths du Prophète concernant les signes de la fin des temps
Les signes de la fin des temps se manifestent l’un après l’autre
VII Conclusion
Notes :
Toutes les pages

 

Les relations et conversations du Prophète avec ses compagnons

Le Prophète (pbsl) manifestait beaucoup d’intérêt aux musulmans qui l’entouraient. Il gardait toujours un œil sur la foi, le comportement, l’hygiène, le bonheur et la santé de chacun d’entre eux. Il remarquait les manques et besoins des uns et des autres et s’assurait qu’ils soient vite comblés. Dans chacune de ses conversations, il se montrait affable et savait gagner leur amour. Quand ils le quittaient, ses compagnons repartaient pleins de joie et de satisfaction.

 

Ali, l’un de ses proches les plus intimes, décrit ses relations avec ses compagnons et l’atmosphère qui caractérisait leurs entretiens:

 

Sa main charitable était tendue à l’extrême et sa langue était la plus véridique qui fût. Nul n’était plus modeste que lui dans son attitude. La crainte et la déférence envahissaient celui qui le voyait pour la première fois. Quiconque le fréquentait l’aimait. Un homme qui voulait faire son éloge a dit: “Je n’ai jamais vu personne de comparable avant et après lui. Une fois quelqu’un demanda quelque chose au Prophète et il l’obtint aisément de lui.” 157

 

Il s’intéressait à tous les gens qui étaient assis autour de lui et ne donnait jamais l’impression de traiter l’un d’eux de façon différente des autres. Il était toujours patient envers ceux qui étaient assis à ses côtés ou le faisaient rester debout et ne quittait jamais une personne avant que celle-ci ne se fût détournée de lui. 158

 

Il était sensible à l’absence de ses compagnons et s’enquérait de leur état lorsqu’il ne les voyait pas. Il demandait toujours comment les gens allaient, si leurs affaires prospéraient. Il qualifiait de belles les choses belles et laides celles qui l’étaient. 159

 

Il appréciait les gens honnêtes et ne souffrait d’autre compagnie que la leur. Ils venaient s’asseoir à ses côtés un moment et quand ils partaient ils le quittaient le cœur satisfait. Ils prenaient congé de lui, devenus des preuves vivantes et des guides. 160

 

Il se montrait patient face aux comportements outranciers ou absurdes des étrangers. Certains s’énervaient parfois et il les calmait en disant: “Guidez-les quand vous voyez des gens comme ceux-ci.” 161

 

Il n’interrompait jamais les gens, mais attendait plutôt qu’ils finissent. 162

 

Il tenait toujours des propos de nature à favoriser l’amour et l’entente entre les hommes. Il n’effrayait pas les gens ni ne les harcelait. Il témoignait beaucoup d’importance aux chefs de toutes les tribus et se montrait hospitalier envers eux… 163

 

Son petit-fils Hassan dit à propos du Prophète:

 

Ses regards étaient éloquents…; Il parlait de façon claire et concise. Il n’y avait rien de superflu dans ses paroles et aucune carence non plus. 164

 

Il s’adressait de la même façon aux notables et au petit peuple. Il ne leur cachait rien... 165

 

Abou Dhar décrit la grande affection du Prophète pour ses compagnons:

 

Je vins le voir (le Prophète) et le trouvai assis sur un lit. Il se leva et m’embrassa. Ceci montre que l’accolade est une bonne chose. 166

 

Abou Houraira évoque son sens de la considération et de l’humanité:

 

Le Prophète ne retirait jamais sa main avant que l’autre personne ne l’eût fait d’abord. 167

 

Le Prophète se préoccupait grandement de la santé de ses compagnons. Il recommandait aux plus chétifs de prendre du poids et aux corpulents de faire un régime et de manger de façon plus modérée. 168

 

Dans le cas de certaines maladies, il conseillait à ses compagnons de prendre une boisson à base de miel. 169

 

Il semble qu’Abou Houraira eut un malaise un jour, alors le Prophète le souleva, le ramena à la maison et lui donna du lait quand il constata qu’il souffrait de la faim. 170