Accueil Biographies des Postérieurs Abdu-Rahman Al-Shaghouri
Abdu-Rahman Al-Shaghouri
Biographies - Biographies-Postérieurs
Écrit par Nuh Hâ Mîm Keller   

 

Le Cheikh Abdu-Rahman est mort à Damas le mardi 8 juin 2004. Le Cheik Nuh Ha Mim Keller, qui a passé 22 ans avec le Cheikh Abdu-Rahman, raconte avec émotion sa vie, exemple et enseignement. Cheikh Abdu-Rahman Al-Shaghouri a laissé ce monde. Des milliers sont venus à son enterrement mercredi à la mosquée du Cheikh Muhyiddin Ibn Al-`Arabi dans le quartier d’Al Salihiyya. Parmi le peuple qui a prié pour lui et enterré, étaient ceux qui l'ont connu comme père, ami, disciple, professeur, poète mystique et un bon vocaliste, et le Cheikh Soufi.

 


Je l'ai connu il y a vingt-deux ans, nous étions sortis de cette mosquée ensemble après avoir visité le tombeau de cheik Muhyiddin, et je l’ai observé un moment pendant qu'il achetait quelques pommes étalées sur un chariot devant la mosquée. Il a pris un sachet en plastique et a choisi les pommes les moins belles aussi soigneusement que la plupart des personnes, il paya et avec un sourire a serré la main au vendeur avant que nous montions la colline où se trouve la maison de Cheikh.

Petit et agile, il avait un teint léger, des yeux perçants, des dispositifs aquilins avec les lèvres expressives, une moustache et une barbe pleine et équilibrée. Il était habillé d'une manière élégante, portant quelques tours de blanc et tissu d'or autour de sa tête sur sa chéchia rouge de Fez, un costume et un long gilet au-dessus du genou, d'une chemise sans cravate, et pantalon effilant aux chevilles.

Pendant que nous nous grimpions de plus en plus haut, j'ai voulu porter le sac, mais il ne me laissa pas et me dit que le prophète (SallAllah ‘Alayhi wa Sallam) avait dit, « celui qui a besoin d'une chose, devrait la porter. »

Quand j'ai réfléchi sur ses "achats étranges," je me suis rendu compte qu'il avait sauvé les pommes du vendeur qui risquait de les jeter car invendables.

L'incident a résumé la personnalité et la vie du Cheikh, qui était basée sur la futuwwa ou se mettre en avant des autres. Beaucoup de gens qui l'ont connu le considèrent comme un wali ou un ami d'Allah, il a passé ses longues décennies au service des autres. Son épouse lui donna cinq fils et cinq filles, elle mourut avant lui ainsi qu’un de ses fils.

Il était dans l’industrie des tissus, a servi dans le comité syndical et a ainsi été un principal instrument de la syndicalisation des ouvriers au siècle dernier à Damas, et, il a mené le syndicat syrien de textile à une grève réussie de quarante jours en revendiquant la compensation des ouvriers. Il avait par la suite représenté la Syrie au syndicat arabe unis, et avait mené une vie publique active.

En 2004, il eu une reconnaissance et un prix aux récompenses annuelles de poésie de Burda [manteau prophétique] données par les Emirats Arabes Unis pour le service exceptionnel qu’il a rendu à l'Umma du prophète (SallAllah ‘Alayhi wa Sallam).

Il enseignait toujours aux étudiants la sunna, les qualités et les états spirituels du prophète (SallAllah ‘Alayhi wa Sallam, dont il savait toutes ses paroles, "je suis juste un perroquet," disait-il.

Un Faqir est venu à Damas pour se plaindre d’un de ses frères de Jordanie, il est allé vers la salle et la minuscule librairie du Cheikh Abd Wakil Al-Durubi qui se trouvait dans la cour de la mosquée de Darwishiyya. Le Cheikh Abdu-Rahman la fréquentait après la prière de midi chaque jour avec ses amis, il le trouva là et le salua, mais avant de se plaindre le Cheikh Abdu-Rahman lui dit " comment s’entends votre ego avec Intel?" mentionnant la personne de nom. Il fut confus pendant un moment, puis dit, l'éloge soit à Allah. Le Cheikh a répondu, l’éloge soit à Allah, ensuite il lui parla de l'importance d'être avec les personnes sincères et honnêtes, et d'éviter ceux qui disent du mal des autres. En dépit de tels incidents, le Cheikh disait, "la personne du Cheikh est un voile," il n'a jamais appelé à son attention, mais à Allah et à la sunna de son messager (SallAllah ‘Alayhi wa Sallam).

Il a souligné l’apprentissage des sciences traditionnelles et ne permettait pas l'ignorance des disciples de l'aqida ou du fiqh . Il n'est jamais allé à l'école, car orphelin, fut déplacé de Homs à Damas par son frère plus âgé, il a dû gagner sa subsistance en faisant des courses pour les autres, et a apprit à lire et à écrire en regardant les enseignes au-dessus des magasins qui portaient les noms des propriétaires.

Plus tard, il obtint un travail en tant que tisserand, il avait l'habitude de chanter ses propres compositions religieuses rustiques aux airs populaires pendant son travail. Un ouvrier l'a entendu, et lui a dit qu'il devrait étudier l'arabe classique, "ce qu’est l'arabe classique?" demanda-il, l'homme lui fit connaissance du Cheikh Husni Al-Baghâl qui lui apprit le fiqh de Shafi`i et la grammaire arabe et d'autres sciences traditionnels avec d’autres Cheikhs de son temps tels que Muhammad Barakat, Ali Al-Daqar, Isma`il Al-Tibi et Lutfi Al-Hanafi. Le Cheikh Abdu-Rahman nous a indiqué que quand Husni Al-Baghâl a attrapé la tuberculose, avant l'ère des antibiotiques, il a été mis dans la quarantaine, Abdu-Rahman la défiait et lui rendait visite. Son professeur lui a dit qu'il risquait sa vie, et en réponse, voyant que le Cheikh a pris une sucrerie dans sa bouche, Abdu-Rahman demandait s'il pourrait la voir pendant un moment, le Cheikh la lui a donné, et le jeune homme l'a mise dans sa propre bouche, lui disant que selon des principes de la foi (`ilm Al-tawhid ), les "causes ne provoquent pas des effets par eux-mêmes, mais seulement par la volonté d'Allah." La maladie a causé la mort au Cheikh mais le Cheikh Abdu-Rahman a survécu.

Sa longue fréquentation des Cheikhs lui a légué un respect perpétuel pour la connaissance islamique et une assurance avant de répondre à n'importe quelle question au sujet de religion, il avait l'habitude de dire "ce qu’ont laissé les quatres Imams, est notre religion," Quand une personne lui a par le passé demandé quels dhikrs devrait-on pratiquer après la prière prescrite, bien que cette personne ait prié toute sa vie et avait plus de soixante-dix ans, alors au lieu de lui répondre, il prit de sa bibliothèque Kitab Al-adhkar de l’Imam an-Nawawi et lui a lu plusieurs hadiths du sahih.

Tout au long des années 80, toutes les fois que je l'interrogerais au sujet d'un hadith ou d'un verset du Qoran, il attendait toujours avant de me répondre pour qu’il puisse faire un travail de référence à sa manière pleine de patiente, le temps de trouver quelque chose sur le sujet, bien qu'il avait plusieurs réponses, j'ai dû à mon tour apprendre à employer des références, il me répondait avec aisance mais seulement quelques années plus tard.

L'Imam Abul Hasan Al-Shadhili, dont le Cheikh a appartenu à son ordre, ne laissait pas ses disciples que prier, mais les encourageait à gagner leur propre vie et le Cheikh Abdu-Rahman a également souligné l'importance d'avoir un commerce pour gagner sa vie par le travail de ses mains. Il avait l'habitude de dire, "le souhait d’un d’entre nous est de mourir sans avoir pris un simple centime de n'importe qui : Je ne prends même pas de mes enfants."

Né à Homs en 1910, il est venu à Damas à l’âge de trois ans, et a travaillé d'abord en tant que serveur, puis en tant que garçon de courses, puis en tant que tisserand, puis en tant qu'agent de maîtrise, puis en tant que surveillant des moulins de textile. Quand l'industrie textile a été nationalisée sous le socialisme, deux ans après, il souhaita se retirer et demanda sa pension, on lui proposa de diriger l'industrie, il répondit au gouvernement que la "nationalisation est un vol," et qu’il n'avait rien à faire là où il est, il a attiré sur lui la rage des responsables et a dû renoncer à sa pension. Plus tard il eu une proposition en tant que professeur des principes de la foi dans une académie religieuse, où il enseigna jusqu'à l’âge de quatre-vingts ans car il ne pouvait plus marcher pour aller travailler.

Dans les années 20, le Cheikh Abdu-Rahman a pris la voie Shadhiliya du Cheikh Muhammad al-Hashimi, le représentant à Damas du Cheikh Ahmed al-Alawi de Mostaganem en Algérie. Il se rappelait de sa réunion avec le Cheikh al-Alawi en 1930 lors de sa visite à Damas après le hajj. Le Cheikh al-Alawi s'était reposé dans la mosquée de Shamiyya après le coucher du soleil pour donner une mudhâkara et le jeune tisserand a regardé obliquement les chaussettes du cheik, qui étaient françaises, pas de la fabrication locale plat tournée. Le Cheikh Abdu-Rahman nous a dit : "une des personne présente dans la mosquée a dit : regarde ses chaussettes, cet homme est censé être un Cheikh? Alors il a commencé à parler de l'aphorisme de Sidi Ibn ‘Ata Allah : «N'abandonne pas le rappel de Dieu (dhikr) parce que tu n'y es pas présent. Car la négligence du dhikr est pire qu'une négligence dans le dhikr. Il se peut que Dieu t'élève d'un dhikr fait avec négligence, à un autre fait avec vigilance. Et de celui-ci, à un autre où tu Lui deviens présent. Et de celui-ci encore, à un autre où tu deviens absent à tout ce qui n'est pas l'objet de ton dhikr - et cela n'est nullement difficile pour Allah [Qoran 1 4:20] -, son commentaire c’était autre chose. Quand il eut fini et la prière de tombée de la nuit (`isha) est venue, Cheikh Abdu-Rahman a souri en se souvenant, une personne me dit alors : « que ce Cheikh peut porter n'importe quel genre de chaussettes qu’il aimerait. »

Les années suivantes et jusqu'à la mort du Cheikh al-Hashimi en 1 96 1 , Cheikh Abdu-Rahman était le principal munshid ou au chanteur des odes mystiques, au dhikr de hadra ou de public - le sama` ou l'audition préconisée par Junayd et son cercle aussi bien que la tariqa moderne de la Shadhiliya. Le Cheikh al-Hashimi l'a également autorisé à donner les litanies générales (Al- wird al-‘aâm) de la tariqa à d'autres. Bien que plus tard dans les années 60 les frères aient invité le Cheikh Abdu-Rahman à enseigner, lui qui avait été autorisé alors par Muhammad Sa`id Al-Hamzawi de la Syrie, le Cheikh Ali Al-Budlaymi de l'Algérie , il n'a pas employé l'une ou l'autre autorisation d'enseigner mais celle du Cheikh Muhammad Sa`id Al-Kurdi de la Jordanie lequel le Cheikh Abdu-Rahman avait présenté au Cheikh al-Hashimi dans les années 30 et avait été son disciple et ami dans la voie, il a dû autoriser le successeur sans peut-être le savoir.

L'enseignement du Cheikh Abdu-Rahman dans le Sufisme est authentique aux enseignements de Dhul nonne Al-Misri, de Shadhili, Al-‘Arabi Darqawi et bien d'autres, a été basé sur l'unité d'être, concrétisé par la réalisation du voyageur ou le salik ou le mystique. L’unité d'être" signifie l’essence d'Allah. Cheikh Abdu-Rahman disait :" Plutôt, Allah est un, sans n'importe quel associé dans sa perfection transcendante, sans n'importe quel associé dans son entité, attributs, actes, ou actions ; tandis que le monde entier est simplement son action, car le Qoran indique, " Voilà la création de Dieu. Montrez-moi donc ce qu'ont créé, ceux qui sont en dehors de Lui " (Qoran 3 1 : 11 ). Pour Cheikh Abdu-Rahman, le monde était un acte pur, alors qu'Allah était être pur, et les deux étaient complètement distincts, bien que le monde ait dépendu seulement et entièrement de son fabricant, qu'il a indiqué en tant que son action. C'était sa conception de l'unité d'être et la manière spirituelle car il l'a mise, elle était cette connaissance qui se transforme en vision.

Quand une question est posée sur le Sufisme, le Cheikh Abdu-Rahman fermait souvent ses yeux, basculer sa tête en arrière pour un moment, et prononçait le Nom d’Allah longuement puis ouvrit ses yeux pour commencer la réponse. D'une certaine manière, une phrase résume sa vie entière : « enseigner la connaissance du divin ». Il disait « si un chemin spirituel ne mène pas un disciple à Allah, c’est qu’il ait des moyens sans extrémité. »

Sa manière de mudhakara ou d'enseignement était principalement par des conférences publiques sur des travaux classiques, des sessions pour le grand publique, de la poésie et des chants chez des particuliers et des réunions privées avec les disciples qui avaient pris sa main. Je l'ai entendu enseigner Al-Futuhat Al-Makkiyya Ibn Al-`Arabi, Futuh Al-ghayb d’Abd Al-Qadir Al-Jiylani, Al-Siraj Al-Lami’ d'Al-Tusi, Al-Adab Al-mardiyya de Muhammad Al-Buzaydi, Al-Mabahith Al-asliya de ibn Ajiba, Qawanin hikam Al-ishraq d'Abul Mawahib Al-Tunisi, Awarif Al-ma`arif de d'Al-Suhrawardi, Al-Yawaqit wa Al-jawahir d'Abd Al-Wahhab Al-Sha`rani et son Lata'if Al-minan, Sharh Al-wadhifa de Mustafa Naja, et les aphorismes d’Ibn Ata 'Illah et d’autre ouvrages de maîtres de Soufis. Il avait entendu la plupart de ces derniers du Cheikh al-Hashimi, et comme son Cheikh, il les exposait à la lumière du Qoran et du hadith.

Mais il excellait surtout dans la poésie et le chant, avec des vers des diwans des grands maîtres de la poésie mystique. Il avait appris par coeur beaucoup de vers d’ Ibn Al-Farid, d'Abu Madyan, d'Ahmad Al-`Alawi, d' Abd Al-Ghani Al-Nabulsi , de Yusuf Al-Nabahani, de Muhammad Al-Harraq , de Omar Al-Yafi , d'Amin Al-Jundi, d'Abd Al-Qadir Al-Himsi et naturellement de son propre Diwân de deux cent page Al-nasamat d'Al-nadiyya fi Al-Hada'iq Al-ruhiyya (les brises parfumées dans les jardins spirituels), qu'il a édité avec le Dr. Mahmud Masri son disciple et l’a édité à Alep en 1996.

Sa leçon principale de la semaine avait lieu après la prière de l’aube dans sa propre maison du côté du bâti Qasiyun au-dessus de Damas. Il commençait par d'Al-futuhat Al-Makkiyya d'Ibn Arabi, qu'il a lu consécutivement dans ses leçons pendant dix-sept années. Il lisait aussi la théologie d'Al Ash`ari telle que Miftah Al-janna du Cheikh al-Hashimi, Matn Al Hashiya de Sanusi d'Ibrahim Al-Bajuri ou d’ autres livres qu'il les a lu jusqu'à la fin au cours des années. Alors il concluait avec Hayat Al-Sahaba Kandahlawi pour souligner qu'un vrai Soufi doit mesurer son chemin spirituel par rapport à ceux instruits par le messager d'Allah (SallAllah ‘Alayhi wa Sallam), les compagnons du prophète.

Sa état scrupuleux (wara`) ressemblait au premiers musulmans; sa pratique personnelle de l'Islam était sévère pour soi-même et clémente pour les autres. Une fois il disait sur un savon qu'il avait utilisé qu’il pourrait avoir été dérivé de quelque chose rituellement impure, il a immédiatement pris une douche et a changé ses vêtements. Il savait qu’Al Hanafi a considéré la transformation chimique de la fabrication de savon épuré des produits animaux malpropres, mais il était un Shafi`i, et il a adhéré à sa propre école dans tous les sujets de taqwa.

En 1 988 je l’ai accompagné avec trois autres personnes en voiture de Medina à la Mecque pour une omra, jusqu’au moment où nous sommes entrés par le coté gauche de la mosquée sacrée en partant de Jedda, le Cheikh n’avait pas soulevé ses yeux plus de deux mètres à partir de ses pieds, par crainte et respect révérenciel pour l'endroit, dans lequel même les péchés des yeux sont plus grands que n'importe où ailleurs.

Au cours de la dernière année de sa vie, j'ai remarqué qu'il refusait d'employer l’eau de Cologne que je lui disais qu’elle était "rituellement impure," l'ondulait loin impatiemment en raison de la teneur en alcool probable en elle, il formulait avec ses lèvres, qui pourraient ne plus parler, les mots "comment vous savez?".

Ses wirds quotidiens, sans compter que le Qoran et les dhikrs de sunna que les musulmans disent tout au long de la journée, étaient quatre : Al- wird Al-`amm ou les litanies générales de la tariqa; Hizb Al-Bahr d'Abul Hasan Al-Shadhili; Wadhifa d'Abul Mawahib Al-Tunisi et la prière interlineal de Dhafir Al-Madani sur la bénédiction célèbre d'Ibn Mashish sur le prophète (SallAllah ‘Alayhi wa Sallam); et Al-wird Al-khass "Allah, Nom suprême," qu'il se le réservait pour la nuit.

Il était pour les siens un très grand guide spirituel, peut-être, dans le khalwa ou la retraite spirituelle, dans lesquels il initie un certain nombre de ceux qui ont pris la voie. Il donnait le Nom suprême au disciple, puis par degré l'apportait à un point du dhikr auquel il versait son propre yaqin ou certitude dans le coeur du disciple d'une manière non facile à décrire, l'apportant à une réalisation de l'unité transcendante du divin. Les disciples ont changé dans leur niveau d'aspiration spirituelle, la pureté de coeur, l’intention vers le Cheikh et taqwa et par conséquent par leur degré d'accomplissement le cheik continuait avec eux d’années en années par précepte, exemple, et lectures des ouvrages classiques, de sorte qu'ils continuent à progresser en se mesurant contre les niveaux convenablement élevés, les prophètes (sur eux la paix), les Sahabas et les grand awliyas du passé.

Il n'a jamais cessé l'enseignement. Un jour il entra dans le siège social d'une petite académie religieuse à Damas avec un groupe de ses étudiants et s'est assis vers le bas pour parler au directeur qu’il lui a demandé d'attendre jusqu'à ce qu'il ait fini quelques affaires qui ont semblé quelque peu pressantes. Une chose appelait une autre et les appels téléphoniques venaient l'un après l'autre. Cheikh 'Abdu-Rahman a attendu patiemment, alors que ses disciples, comme les minutes étaient longues, se dessinait sur leur visage l’impatience. En conclusion, après un quart d'heure, le principal de l'école a mis de côté son travail, a regardé de haut le Cheikh et lui a fait des excuses avec un sourire en se mettant au service du Cheikh. Le cheik l'a remercié, lui a demandé comment il allait et alors il dit, "j'ai juste voulu faire un appel téléphonique." Après un court appel, il leva en remerciant le principal profusément, et gauche avec ses disciples. Ils avaient besoin d'une leçon de patience et des bonnes manières, le Cheikh leur en avait donné une. Mais de tels moments étaient d’exception, il a tendu à avoir une main légère avec des disciples. Il avait l'habitude de dire, "chacun prend après son propre nom," et la signification d'Abdu-Rahman signifie "serviteur du Tout Compatissant," faisait partie de la manière qu'il a dû enseigner et ce qu’il était. Sa critique était généralement allusive et indirecte et je ne me rendais souvent pas compte qu'il me visait par ses commentaires qu’en bas de la rue après une visite.

Lors de ses dernières années, il disait qu’autrefois des disciples lissaient les vêtements du Cheikh. Mais dans notre temps, le Cheikh doit lisser le coeur du disciple. Je me rappelle un jour l'ayant posé une question sur une de ses visites d'enseignement en Jordanie, sur les longues heures de dhikr des disciples après qu'ils soient entrés dans la khalwa et aient été libres pour invoquer le Nom Suprême aussi longtemps qu'ils le souhaitaient, quelque chose qui ne m’était pas permise, longues heures de dhikr? le Cheikh s'était demandé, "non, il est suffisant d'invoquer le Nom juste pour cinq minutes ou dix minutes avant d'aller au lit. Après le chant et les histoires et les questions et les réponses, les frères étaient finalement allés dormir sur les palettes répandues autour du plancher et le Cheikh a rejoins sa chambre où il a invoqué le Nom Suprême toute la nuit. C’était sa manière de s'imposer et rendre les choses faciles pour d'autres. Bien que toujours aimable et chaleureux pendant les premières années, il exprimait parfois ses inquiétudes pour des disciples gérants de sociétés par un oui ou par un non. Quand un disciple lui a, par le passé, demandé au nom d'un disciple de Jordanie la permission d'ajouter une salle en étage supplémentaire sur une maison, le Cheikh a dit, "dis-lui que s'il est nécessaire pour sa famille ou ses invités, il peut avancer. Mais s'il doit rassasier seulement un désir, puis non !". La plupart du temps, il fut conseillé cependant par un conseil de suggestions et j’ai le souvenir que quand quelques disciples ont ignoré son conseil et ont fait ce qu'ils ont voulu à la place, il a simplement dit : "Et si Dieu avait reconnu en eux quelque bien, Il aurait fait qu'ils entendent " (Qur'an 8:23).

En années postérieures il est devenu davantage absorbé dans la beauté divine (jamal) et consentant à d'autres. Nous conduisions par le passé à travers la ville à Damas ensemble pendant la semaine d'élection, et je lisais les bannières main-en lettres de campagne de tissu qui se sont étendues à travers la rue et ont rempli le ciel. Le président des syriens avait été marqué par une série de victoires d'éboulement aux scrutins, et il avait été élu pour un mandat supplémentaire. Le Cheikh a mis son visage près du pare-brise, a regardé vers le haut les bannières, et a commenté : « un régal pour des calligraphes! », il a seulement vu le bon.

Il a autorisé un certain nombre de Cheikhs à donner l'instruction dans le chemin. On dit qu'il a écrit une telle ijaza ou autorisation et l'a porté à une des villes du nord pour la donner à un Cheikh mais quand il a discuté avec lui d'Ibn Al-`Arabi, il a réalisé qu'il n'était pas de la même opinion à son sujet et parce qu'il a senti que l’Ijâza lui était importante, il retourna à Damas sans la lui donner. Il a donné de même une autorisation, qui plus tard la retirée parce qu'il a trouvé qu’il y avait un penchant pour le pouvoir du destinataire. Enquis de la réalité de l'ijaza, il dit une fois : « elle est le moyen pour que son propriétaire défasse son diable. » Et une fois on lui demanda pourquoi égalisez parfois un Cheikh autorisé à un mauvais, il répondit : « il arrive à quelqu'un qui n'a pas maintenu la compagnie de son Cheikh assez longtemps pour absorber son état." En bref, il a considéré comme étant l'ijaza une condition nécessaire pour un Cheikh mais pas suffisante. Pour ces raisons il était très conservateur au sujet d'autoriser des Cheikhs dans la tariqa, disait de celui qui la demandait lui serait infesté par Allah avec lui.

Jusqu'après une série de courses et un coma de cinquante-cinq jours en janvier et février de 1 999. Il est revenu à la conscience extrêmement affaiblie, et était après, beaucoup moins rigoureux, peut-être parce qu'il a considéré comme étant le Soufisme (Ihsan) le troisième grand pilier de la tradition et a voulu autant de personnes possible pour leur enseigner avec n’importe quelle capacité qu’elles pourraient avoir. Seulement quelques uns de ceux qu'il a autorisés l'ont à l'origine pris comme Cheikh, ont maintenu sa compagnie dans ses années actives, écrivaient ce qu’il lui était inspiré lors de ses khalwa et s’occupaient de ses lectures avant qu'il se soit arrêté pour des raisons de santé en 1 996 ; tandis que la plupart étaient précédemment formés ou autorisés par d'autres Cheikhs ou seulement ont maintenues sa compagnie pendant ses dernières années après sa maladie.

Cheikh Abdu-Rahman était employé pour avertir : « le chemin est rare » et Allah connaît mieux les vrais héritiers du Cheikh, dans la voie et dans l'absorption dans le divin ; bien que le Cheikh Ahmed al-Alawi ait écrit dans son diwan : « après la mort du Cheikh, apparaîtra un autre comme lui ; C'est la tradition d'Allah qui ne changera jamais. ». Vendredi 1 1 juin 2004 les disciples de Damas du Cheikh Abdu-Rahman ont mis leurs mains dans la main du Cheikh Mustafa Al-Turkmani à la mosquée de Nuriyya. Le legs principal du Cheikh cependant ne se situe pas dans le materiel, il a gauche derrière, mais en lui-même qui rétablit l'esprit de la tariqa avec le Qoran et la sunna et la connaissance pure du divin. Un porte-parole pour le ministère syrien des affaires religieuses a dit à son enterrement : « qu’il était le rénovateur des tariqas des Soufis dans le Levant et d'une inspiration au monde islamique, remplaçant les tariqas selon les normes harassantes du Qoran et de la sunna. » Les milliers qui ont suivi et ont bénéficié du Cheikh ont certainement approuvé ceci, parce qu’il leur avaient rempli leurs vies et leurs coeurs de yaqin (certitude).

Ô Allah bénit l'Umma avec la connaissance qu'il a enseignée, et soit bien satisfait de ton domestique Abdu-Rahman Al-Shaghouri. Et l'éloge soit à Allah, seigneur des mondes.


Nécrologe Cheikh Abdu-Rahman Al-Shaghouri: Lumière sur lumière à Damas par NUH HA MIM KELLER.

MMIV © N. Keller Courtoisie : Magazine D'Islamica, Traduit de l'anglais par Derwish al-Alawi.









 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.