Accueil Biographies des Antérieurs 40-Muhammad Ben Qaddûr al-Wakîlî al-Karkarî
40-Muhammad Ben Qaddûr al-Wakîlî al-Karkarî
Biographies - Biographies-Antérieurs
Écrit par Derwish al-Alawi   

Le connaissant par Allah, le porteur de Son livre saint, qui consacra sa vie à son Seigneur, descendant des Chorfas de Béni Oukil aux environs de Nador, sidi Muhammad Ben Ahmed Ben al-‘Arbi Ben al-Mukhtar Ben Muhammad al-Wakîlî al-Karkarî, quand à "Ibn Qadour" c'était son surnom. (Autre orthographe : Mohammed ben Kaddour, chef de la zaouïa de Kerker).


Durant sa jeunesse il apprit à lire et écrire puis appris par cœur le Qoran et son professeur pendant ces temps là était un Faqih des tribus de Qolai'a, Ce dernier lui écrivait le Qoran sur une palette et écrivait à la fin en grand caractère le Nom Majestueux "Allah" et lui disait: "quand tu auras appris ce qui est écris sur la palette, prononce le Nom "Allah" en continu en fermant les yeux", sidi Ibn Qadour faisait ce qui lui était recommandé par son maître, puis un jour un événement surgit qui alla par la suite précipiter son orientation dans la vie.

Une fois, alors qu'il récitait le Nom Divin, il ressenti un état (spirituel) tellement fort qu'il perdu conscience, quand le Faqih rentra dans la mosquée, il le trouva inconscient gisant sur le sol, il le secoua mais Ibn Qaddûr ne fit aucun mouvement, en le croyant mort, le Faqih pris la fuite et s'échappa de la mosquée par peur d’être accusé d’être la cause de son décès.

Quand Ibn Qadour reprit conscience, il erra de village en village jusqu’en Algérie où il croisa un homme de Dieu de la communauté soufie qu’il lui dit: "sans ton aïeul al-Mustafa (le prophète) je ne t’aurais rien dis et moi je suis un homme qui garde en secret ce qu’il sait, mais ton désir se trouve chez Sidi Muhammad Ben Abdul-Qadir al-Basha à l'ouest dans le pays de Kharroub.

Ibn Qaddûr retourna au Maroc, et rentra en contact avec le Cheikh al-Basha et s’attacha à lui et se consacra à son service puis devient très vite sujet de jalousie de la part de quelques proches du Cheikh qui lui ordonna quelques temps après de partir par crainte qu’il ne lui arrive un malheur. Il quitta sa zawiyya et se refugia dans un endroit sous une montagne pas loin du coin ou se trouvait la zawiyya de son maître afin de rester près de lui car la séparation l’attristait, il se cachait le jour et alla la nuit aux fourrages du bétail du Cheikh pour s’alimenter. En cas de terrible faim il mangeait les escargots et resta dans cette situation un certain temps.

Puis une nuit, il fut repéré par un proche du Cheikh alors qu’il se déplaçait au milieu du bétail, le croyant ainsi un voleur, il en fit part au Cheikh al-Basha qui le surveilla la nuit suivante et l'interpella en lui demandant de se faire connaître: "qui est ce?", "je suis Ibn Qaddûr " lui répondit-il, le Cheikh l’invita chez lui et ils eurent une discussion, alors une femme, qui était au service du Cheikh al-Basha, se présenta et dit: "Sidi, je ne trouve plus le plat que j’utilise habituellement pour faire du pain", quand Ibn Qaddûr entendit cela, il alla au marché de Qolai'a et acheta un plat, qui était fait habituellement à cette époque en bois massif et pesait assez lourd, il l’emporta sur ses épaules et marcha à pied pour l’emmener au pays de Kharroub et le posa devant le Cheikh qui lui demanda: "d’ou détiens tu cela?", "du marché de Qolai'a" lui répondit-il, le Cheikh fut étonné par ce jeune disciple plein de patience qui demande ainsi la satisfaction de son maître, ce dernier lui ordonna de retourner à sa ville natale pour déployer les enseignements de la voie et lui dit: "retourne dans ton pays et tu as notre autorisation, mais sois généreux, et prends garde de tes frères Chorfas jaloux".

Ibn Qaddûr retourna à sa ville de Béni Oukil et se maria et prit son autonomie à l'appel de Dieu et à enseigner les litanies de la voie Darqawiyya et eut d’innombrables disciples. Ses frères Chorfas, par jalousie, ont recommandé à un tiers son assassinat, et un jour, alors qu'il était parti loin du village dans la montagne, un homme apparut en face de lui en tenant un couteau dans sa main pour le tuer. Ibn Qaddûr essaya de le raisonner et le prévenir de la punition de Dieu, peine perdue, l'homme persista pour accomplir son acte et il chargea sur Ibn Qaddûr, ce dernier prit son fusil et tira une balle et tua l'inconnu, il rentra alors chez lui et emmena sa femme et ses enfants sans perdre du temps et campa dans la montagne de "’Ain Zora", il creusa deux grottes, une qui servit d’abri pour lui et sa famille et l’autre pour enseigner aux enfants le Qoran et pour se recueillir afin de mentionner le Nom de Dieu. Des fuqaras ne tardèrent pas à le rejoindre et son nom fut mentionné dans toutes les tribus avoisinantes.

Un jour, quelques hommes de la tribu de (Beni-Bu-Yahia), qui avaient été précédemment affiliés spirituellement à Ibn Qaddûr, se présentèrent à lui et l’emmenèrent à leur pays la nuit. Quand ils arrivèrent au mont "Kerker" il leur dit: "c'est la que je résiderai si Dieu le veut," il s’installa dans cette montagne et bâti une zaouïa (entre 1814 et 1824) et appela à Dieu et inculqua le Nom Divin à ceux qui le désiraient. D’innombrables personnes profitèrent de son enseignement et il forma bien des hommes et de nombreux maîtres jusqu'à son décès aux environs de 1868, que Dieu le Tout-Puissant Soit satisfait de lui, et il fut enterré dans sa zawiyya qui existe toujours dans la montagne Kerker et que les gens attribuèrent le surnom de Kerkeri à Muhammad Ibn Qaddûr en référence à cette montagne.



Source : Al-Anwâr al-Qudsiyya as-Sâti'a 'ala al-Hadhra al-Bûzîdiyya d'Abdul-Qâdir Ben Tâha, connu par Dahhâh al-Bûzîdi.

Note : L'auteur n'a pas mentionné le Cheikh d’Ibn Qaddûr « Abu Abdullah Abu Ya'za (Abu 'Azza) at-Tilimsani Al-Mahâji » que la chaine des Alawis mentionne et dont dépends la transmission de l’enseignement (secret).



Traduit de l'Arabe par Derwish al-Alawi
Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawi

 

 
Copyright © 2017 A.C.A.A - Les Amis du Cheikh Ahmed al-Alawî. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.